Merci de votre soutien !
Faites vivre le forum en votant aux topsites !
Mais ce n'est pas tout, vous pouvez désormais afficher votre soutien aux yeux de tous en arborant nos nouvelles signatures !
Nouvelle version
La version 4 fait son entrée de diva sur LAPD et avec elle, plein de nouveautés !
Pour tout savoir, c'est par ici

 

 LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Invité
and all the devils are here



Sujet: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 11:30

Lola C. Sandstrøm

   
22 • Finlandaise • Homosexuelle • célibataire
   Stylisme • Etudiante • moyenne-basse • Feat. Ebba Zingmark

   
QUI ES-TU?
   
Je suis le vent. Le vent qui jamais ne se pose. Le vent qui rêve qu'on le capture, qu'on arrête sa course.  L'eau. L'eau qui file entre les doigts des mains qui voudraient la retenir. Une eau acide qui emporte, arrache un peu de peau. Je suis impatiente, nerveuse. Je suis fragile, je suis effacée, émotive, fuyante, secrète, je suis exigeante, je suis calme, je suis feu, je juge, je condamne, je dissimule. Je suis mille chose. Je suis finlandaise, et par là-bas, la cime des montagnes touche le ciel le plus pur, et leurs pieds plongent dans des fjords cristallins. Même le froid y est sans concession. Peut-être est-ce de n'y avoir vécu que 6 ans.  Je ne suis ni pure, ni sans concession. On m'appelle Lola Colombine Sandstrøm. Lola. Comme un bonbon. Lola l'oiseau, la tempête de sable. Le sable dans les yeux, qui fait pleurer, puis la tempête dans le cœur, qui ne cesse de hurler. L'oiseau qui se cherche un nid. Allez pas pleurer, mais je suis célib à terre. Je suis tombée encours de route, tombée de haut, je me suis brisée. J'ai 22 ans au compteur, bien plus au cœur. Des soucis d'argent, aussi, n'allez pas croire que mon seul problème, ce soit mon homosexualité. Les études de stylisme, il faut les payer. Je ne suis pas vraiment riche, même plutôt pauvre, je combine étude et jobs en tout genre, solitude et amitiés, disputes et réconciliations, élans de cœur et orgueil.  


   


   
PORTRAIT CHINOIS
   
Merci d'essayer de te limiter à un ou deux mots par question !

   • Première chose à laquelle tu penses au réveil: Mh... il fait beau... chaleur, soleil, café, couette
   • Première chose que tu fais en rentrant le soir: mes travaux scolaires
   • Une musique qui te fait changer d’humeur en un rien de temps: Bohemian Rhapsody - Queen
   • L'activité qui te remonte toujours le moral: la couture
   • Si ta vie était un film, ce serait: un mélodrame


   • Ce qui te fait le plus facilement pleurer: Mamère
   • Ton plus grand complexe: mon homosexualité, puis ma maigreur
   • Ta plus grande fierté: mes études,mes origines
   • Ton mot préféré: voluptueux
   • Le meilleur motif pour raccrocher au nez de quelqu'un au téléphone, à tes yeux: "j'ai cours de poney, bye bye"


   • Définis-toi avec une expression: Chat échaudé craint l'eau froide
   • Ta personnalité en un mot: Colorée
   • Ta personnalité (au lit) en un mot: transparente
   • Plutôt sexe ou abstinence ? abstinence
   • Tu as le pouvoir de changer le monde. Que fais-tu ? je change de famille. Osef, le reste du monde


   


   
CASIER JUDICIAIRE
   
je n'ai que des crimes triviaux, idiots, inintéressants à vous raconter. des séries regardées en streaming, la connexion internet  piquée au voisin,  le shampooing emprunté à une copine, la musique téléchargée en douce. J'ai tiré sur le joint qu'on me tendait, bu avant 21 ans. Rien qui ne m'ait jamais été  reproché.

Bon... j'ai aussi tendance à gifler les gens, mais personne ne s'est plaint... enfin, à la police.

Mon plus grand crime? J'avais 18 ans, j'ai prétendu en avoir 21 ans. J'ai fêté mon anniversaire en m'achetant... les services d'une prostituée... C'est pas bien reluisant, vous pouvez être certain que je ne m'en suis jamais vantée, que personne ne sait.


   


   
PRÉNOM: Marie PSEUDO:/ ÂGE & ANNIVERSAIRE: 30 - 20 juin PAYS: Belgique  GROUPE(S) SOUHAITÉ(S): Innocent Witnesses NIVEAU DE RP:bon PRÉSENCE: correcte PERSONNAGE: ancien PV,plus d'actu AIMERAIS-TU PARTICIPER À L'INTRIGUE DU MOMENT? Non. OÙ AS-TU TROUVÉ LE FORUM? dans ma poche. QU'EN PENSES-TU? LAMA ANCIEN MEMBRE DE FRAT/L.A.P.D.? oui! AUTRES COMPTES: non  SOUHAITES-TU T'INSCRIRE AU MP DE MASSE? bah oui  TA PLUS GRANDE PEUR VIS-À-VIS DU FORUM? le manger tout cru  UN DERNIER MOT? lamaaaaaa
   
Code:
<span class="bottinpris">◼ AVATAR</span> • Pseudo
   


   


   
AVATARS © créateur, créateur & créateur ; ICON © créateur


Dernière édition par Lola C. Sandstrøm le Ven 2 Sep - 1:14, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
and all the devils are here



Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 11:31

Mon histoire commence ici ...

   
« FAUT JAMAIS SE RETOURNER »

   

   

   
Lola... Lola c'est moi.

J'ai 21 ans, et l'univers veut me sourire.

Elle voudrait lui répondre, Lola, elle voudrait tendre la main, saisir sa chance. Elle la laisse toujours filer, et s'effiler ses rêves et ses amours. Elle les laisse s'éloigner et se dissoudre, après les avoir blessés, détruits, à coup de peurs et d'exigences, de silences et de honte. Elle sait pourquoi Riley est partie. En partie. Pas que pour elle. Mais en partie. Peut-être.

Alice en est sure. Alice, elle me hait.

Elle a 21 ans et elle doit demander l'hospitalité à un ami, et ne pas pleurer.

C'est rien de grave. Une amitié déjà chancelante qui se brise, rien d'anormal, de neuf, d'inquiétant.

21 ans et l'habitude de la Solitude.

Et puis, c'est pas bien grave, vous savez? je suis guérie. Guérie de Riley.

Il y a des soirs comme ça, où tout s'écroule autour de vous sans trop savoir pourquoi.


22 ans.

Ses doigts se serrent sur son portable, collé à son oreille. Elle s'appuie à un mur. Le monde tourne, soudain. Trop vite. Elle en parvient plus à suivre.

"non"

putain, m'man... J'ai que 22 ans.

Elle ne peut dire que cela. Trois petites lettres. Un refus. Un déni. Non. Il n'y a que ce mot-là qu'elle peut accoler à cette réalité-là. Morte. Morte, sa mère? Non. Jamais. Sa mère est un débris, un zombie depuis tant d'années, sa mère ne meurt pas, elle sombre de rémissions en rechutes, de dépendance en sevrage, d'euphories en destructions. Elle ne meurt pas. Elle s'étiole et se diffuse, poison sourd contaminant son entourage, sa vie, celle des autres. Morte, sa mère? Non  Non, elle ne lui ferait pas ça. Si elle devait mourir, sa mère, elle l'aurait fait il y a dix, quinze ans. Quand elle était encore heureuse, comme les mouettes, puis malheureuse, comme les ânons. De ces êtres que l'on contemple, qui font rire ou apitoient, mais caressent l’âme, sans la déchirer. Elle serait morte quand sa maladie n'avait encore ni nom ni intensité, qu’elle n'était que tristesse et joie profondes, elle aurait eu cette décence-là. Mourir maintenant, ce serait une mauvaise blague. Elle n'a plus le droit.

J'ai déjà 22 ans.

Elle doit rester là, sa mère, son sombre totem, la malveillante ombre pesant sur sa vie, sa liberté et ses choix. Cette montagne obscure, dure, impitoyable, écrasante, au pied de laquelle elle se niche. Qui lui interdit d'être. D'exister. de vivre. De respirer. D'aimer. Elle doit rester là. Elle ne peut pas mourir, pas s'écrouler. Il faut des millénaires aux montagnes pour s'user. Sa mère n'aurait mis que 40 ans? C'est une vaste, une mauvaise blague?

À quoi tu pensais?


Sans elle, il lui reste quoi, à Lola? Des peurs, des raideurs et un désert aride au cœur. La lâcheté incommensurable et la solitude. Et les remords. Les reproches. Elle doit rester là, sa mère. Elle peut pas crever. Elle lui doit bien ça, pas crever, à sa fille, à sa Lola, non?

À toi... Je sais, oui, je sais que tu ne penses jamais qu'à toi, m'man...

Il me faut quelqu'un à détester, à moi. Quelqu'un à rendre responsable. Quelqu'un à haïr et accuser. Il me faut ma mère. Qu'est-ce qui t'a pris de crever?

Elle veut pouvoir encore être enfant et la détester, et l'aimer, et espérer, contre toute attente, gagner son approbation, la voir guérir, être heureuse avec elle...

Mais elle est morte, sa mère...

Et Lola reste seule, avec son célibat, sa haine de soi, ses amitiés brisées, ses mensonges.

Je sais pas. Pas pourquoi.Pas comment. Je peux pas expliquer. J'ai éclaté de rire. Papa était encore de l'autre côté du téléphone...


Pourquoi toujours regarder devant soi, sans jamais baisser les bras?
Je sais c'est pas l'remède à tout mais faut s'forcer parfois


Un bruit dans ta tête, maman. Un grain de sable, un écueil. Un faux contact, un déclic, un bombardement. Des rires. Des larmes. Toujours au plus haut ou au plus bas, mais jamais, jamais en équilibre. Ou juste le temps de nous laisser espérer que tout, tout n'avait été qu'un mauvais rêve. Je te hais, tu sais?... Mais je m'y étais habituée, à tes caprices... Nous nous y étions tous faits. Nous te protégions au mieux. Et puis... tu as dérapé.

Et putain...putain, m'man, j'avais 11 ans.

Il y avait comme une pièce mal fixée dans ta tête, qui balançait et nous faisait tous osciller en rythme, pour te protéger... Ton souci, je l'ai appelé Abomination. Les médecins l’appelaient bipolarité, mais c'est un trop joli mot collé sur des réalités affreuses. Des bouffées d'amour, des gouffres de colère, des abimes de désespoir, des sommets d'euphorie.

Je t'aimais... je t'aimais tant. J'avais cette faiblesse,enfant. Je me rappelle les piqueniques, les rires, les gâteaux que nous cuisinions... Quand tu allais bien. Tu m'aimais, à la folie. Tu voulais me dévorer. Tu riais... et je riais avec toi, maman. J'étais heureuse, si heureuse de te voir si gaie.

Je donnerais tout pour revenir à cette époque. Pour te voir rire à nouveau, librement...

Mais t'es une putain, une salope d'égoïste, m'man. Aujourd'hui. Avant.

Je n'avais que 11 ans, et t'as décidé que tout, tout était trop lourd, et t'as pris la fuite... Enfin, la fuite. Tu ne te levais plus, tu ne te lavais plus, tu n'avais plus la force, plus l'énergie. Papa en devenait fou. Les docteurs se penchaient sur ton lit, ton corps, ton cas, ton âme. Tes crevasses. Tes décharges à ciel ouvert.

Te diagnostiquer, cela leur prendra un an, puis ils  t'ont remplie de médicaments..


C’est pas marqué dans les livres, le plus important à vivre...

22 ans. Et sa mère est morte. Et elle cherche un appart. Et elle est fatiguée, fatiguée. Elle a réussi son année scolaire, elle devrait s'en réjouir. Et lorsqu'elle coud, lorsqu'elle dessine et se plonge dans les échantillons de tissu, elle a ce don d'oublier tout le reste...

C'est peut-être pour cela que c'est une passion.

* C'est peut-être pour ça que tu t'y réfugies, que tu y passes tout ton été: pour ne pas penser. Pour te sentir exister, et l'oublier, à la fois. *

22 ans et l'été s'étire. Elle évite de penser. Elle a très tôt appris à éviter de penser. Dès ses premiers coups de cœur pour d'autres filles.

Ne pas penser. Ne pas réfléchir

Elle a tout perdu, à ne pas penser, à ne pas ressentir. A étouffer sous le poids des peurs.

À penser à sa mère.

Alors pourquoi? Pourquoi n'est-elle pas plus libre à présent? Pourquoi ne se sent-elle que plus coupable encore?

Même si je n'ai pas le temps d'assurer mes sentiments j'ai en moi de plus en plus fort des envies d'encore

Je pense à toi. Riley. Je pense à toi. Tu es nichée quelque part, au creux de mes os, de ma chair, de mon ADN. Tu t'es trop entrelacée à ma vie. Nos disputes se sont fondues dans mon corps. Avec notre passion.

Il m'en reste des vagues, des écumes, des regrets, des colères, des chaines, il m'en reste des douleurs, des douceurs.

Et tant de confusion.

Mais tu t'éloignes, Riley. J'ai eu trop mal. Toi aussi. Tu t'éloignes, tu t'estompes. Les douleurs sont moins vives, les bonheurs plus doux. Il reste la culpabilité, la culpabilité acerbe.

Tu as bien fait de partir, Riley. J'en pouvais plus de toi, de moi, de nous.

J'en crevais, de nous.


Tu sais, non je n'ai plus à cœur de réparer mes erreurs ou de refaire ce qui est plus à faire, revenir en arrière

Elle les regarde. Elles s'embrassent. Sans honte, sans gêne. Comme si c'était uniquement naturel. Peut-être parce que ça l'est.

J'ai cessé de mentir, de prétendre que j'avais assez d'argent, que tout allait bien dans ma vie. Le monde ne s'est pas écroulé, maman.

Elle ne parvient pas à les envier, pas vraiment. Elle détourne les yeux, elle recommence à dessiner. Elle a le cœur engourdi, les sentiments atrophiés, Lola. Elle ne veut plus avoir mal.

Si tu étais morte plus tôt, où en serais-je? Leur ressemblerais-je?

Elle ne veut pas y penser. Elle n'a aucune raison d'y penser. Personne pour qui essayer, tenter de ne plus mentir. Elle n'est pas folle,non plus. On ne l'y prendra plus, à se brûler les ailes, l'âme et les doigts à une trop belle flamme.

Si tu étais restée, Riley, où en serais)je? Leur ressemblerais-je?

"Oh putain!!! Allez prendre une chambre!"

Elle n'en peut plus de les voir, elle va étouffer, s'étrangler. Elle se lève, se précipite, s'en va.

Lola, t'arrête pas, on ne vit qu'une vie à la fois. A peine le temps de savoir qu'il est déjà trop tard

C'était une enfant rousse feu, rousse flamme, rousse folie. La Finlande au bout des doigts et de la langue, l'accent qui se traine et qui empêche la parfaite intégration. C'était une enfant tempétueuse, à l'accent rugueux, qui se battait dans la cours de récréation.

C'était une adolescente effacée, mal dans son corps, dans sa tête, dans sa vie. Pleine d'accrocs et de porosités où s'infiltraient les critiques. Une adolescente teinte en noir, maquillée, habillée, cachée en noir. Qui aurait voulu s'effacer, encore, plus encore...  

C'était... C'est une adulescente qui n'en finit plus de se nier, de se noyer. En fuite, toujours. Effrayée de voir les ombres. Celles des médisances, celles des préjugés, du quand dira-t-on, de sa mère. Et de ce père. De ses chuchotis. De ses "pense à ta mère" "ne perturbe pas ta mère" "tu dois être forte pour ta mère"... de toutes ces ombres-là.

J'ai fait le tour de tant d'histoires d'amour

La haine qui cache la passion.
Le bal masqué et le baiser d'un inconnu.
Les amours épistolaires.
L'amour caché.
L'amour impossible.
L'amour destructeur.
L'amour chaste.

Je les ai tous vécus. Tous avec elle.

Mais pas l'amour physique.
Mais pas l'amour apaisé.
Mais pas l'amour heureux.


J'ai bien bien assez de courage pour tourner d'autres pages

D'autres pages? ...

L'année scolaire recommence. Los Angeles s'agite et il va falloir retrouver ce troupeau d'agités, de fous, de pressés.S'y mêler. S'y fondre.Devenir loup parmi les loups, cacher ses plaies, ces abcès, ses furoncles. Attaquer avec le reste du troupeau. Quitter le refuge de la couture. Affronter l'UCLA. Ses responsabilités de cheffe en second des Gammas. Les cours. Les souvenirs. La compétition entre élève, entre maisons.

Le monde, dehors, ne l'a pas attendue. Il n'y a qu'elle qui attend. Suspendue dans le temps. Si, au moins, elle savait ce qu'elle attend... Ce qui l'attend. Si quelqu'un l'attend.

D'autres pages? Elle voudrait refermer le livre, celui où s'écrivent les déceptions, les sentiments. Elle aura peut-être ce courage-là. Le refermer, ne plus jamais y lire. Ne plus jamais y écrire?

Sache que le temps nous est compté,
Faut jamais se retourner en s'disant que c'est dommage,
Et d'avoir passé l'âge


Il y a Riley. Et il y a les autres. Les autres noms, les autres visages, les autres étoiles dont j'ai perdu la trace.
Madison. Andreas. Alice. Oxanna. Charlotte. Luke. William. Leurs sourires. Leurs rires. Nos moments complices. Nos battements de cœur. Nos déchirures.

Mes regrets.

Et ceux dont les noms, les visages se sont déjà effacés, ceux qui ont compté, pourtant, mais que j'ai oublié. Ceux pour qui je ne peux plus regretter, plus me retourner, ceux qui sont trop loin, déjà, trop bien effacés...


Lola t'encombre pas de souvenirs, de choses comme ça aucun regret vaut le coup, pour qu'on le garde en nous

   
AVATAR © créateur ; ICONS © créateur & créateur


Dernière édition par Lola C. Sandstrøm le Ven 2 Sep - 0:28, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1372-alice-money-makes-he http://perfectdisorder.forumactif.org/t273-alice-good-when-we-re-together http://perfectdisorder.forumactif.org/t279-alice-213-547-0024 http://perfectdisorder.forumactif.org/t671-alice-collins-alicemalice http://perfectdisorder.forumactif.org/t282-alice-collins-alicemalice#1933
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 475
Pseudo : elea. // eugénie
Avatar : emily didonato
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 11:44

Belle Lola. Qui doit se dépêcher de vivre, parce que le temps c'est de l'amour... :siffle:

Bienvenue chez toi my dear, bon courage pour ta fiche.

________________


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les événements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée.⠀⠀⠀⠀⠀Austen




Revenir en haut Aller en bas

Invité
and all the devils are here



Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 11:48

Bienvenue sur LAPD !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
and all the devils are here



Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 12:13

*pleure de bonheur*

Bienvenue à la maison :heart:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1334-sacha-i-m-bulletproo http://perfectdisorder.forumactif.org/t1363-sacha-lets-be-clear-i-ll-trust-no-one http://perfectdisorder.forumactif.org/t527-sacha-lewis-213-482-8615
Date d'inscription : 14/07/2016
Messages : 1530
Pseudo : Tik Tok
Avatar : Rosie Huntington-Whiteley
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : C'est compliqué

Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 12:19

Toujours aussi jolie.
Bienvenue parmi nous. :heart:

________________

nath & sachaWe don't need anything or anyone. I don't quite know how to say how I feel. Those three words are said too much they're not enough (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
and all the devils are here



Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 12:39

Bienvenu sur le forum
Revenir en haut Aller en bas

Invité
and all the devils are here



Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 12:58

Bienvenue sur LAPD !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
and all the devils are here



Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 12:59

Bienvenue ma Lola !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
and all the devils are here



Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   Mer 31 Aoû - 13:35

Bienvenue parmi nous Lola toujours en manque d'amour visiblement :sisi:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
and all the devils are here



Sujet: Re: LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...   

Revenir en haut Aller en bas
 

LOLA ▶ Lola, dépêche-toi, on ne vit, on ne meurt qu'une fois, et on n'a le temps de rien...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» enfin une bombe pour les tout petit !! photo de lola avec!
» Lola n'est pas bien....
» Whatever Lola wants-danse orientale
» Lola,Stitch et Kenzo,videos...
» Lola ne donne plus ses pieds,une solution?


They call it
the city of angels
but all the devils are here

LOS ANGELES ◈ PERFECT DISORDER :: Autour du jeu :: Fiches de présentation :: Validées