Merci de votre soutien !
Faites vivre le forum en votant aux topsites !
Mais ce n'est pas tout, vous pouvez désormais afficher votre soutien aux yeux de tous en arborant nos nouvelles signatures !
Nouvelle version
La version 4 fait son entrée de diva sur LAPD et avec elle, plein de nouveautés !
Pour tout savoir, c'est par ici

 

 Tel un fantôme du passé [PV. EVA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1335-kai-nom-d-un-anti-vi http://perfectdisorder.forumactif.org/t1336-kai-norton-on-roule-notre-bosse-ensemble#26900 http://perfectdisorder.forumactif.org/t285-kai-norton-213-482-6262#2004 http://perfectdisorder.forumactif.org/t286-kai-norton-kenor#2015
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 1435
Pseudo : Nana / Ananas
Avatar : Adam Senn
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Dim 20 Nov - 15:21

Tel un fantôme du passé


Tel un fantôme du passé. Elle accourt. Tel un fantôme du passé. Cela ne pourrait être qu’une illusion. Tel un fantôme du passé, elle arrive pour montrer qu’elle est toujours en vie. Tel un fantôme du passé, la vérité frappe de plein fouet.  

Kai passe souvent ici. Devant cette maison. Durant son footing journalier. Pour aller en cours. En voiture. En moto. A pied, comme aujourd’hui. Il ne fait que se rendre à la supérette plus bas dans la rue pour se fournir de quelques denrées alimentaires. Il n’a aucune raison d’être ici. Il n’a aucune raison de faire un détour. Pourtant, il ne peut pas s’en empêcher. Dès qu’il le peut. Quasiment toujours. Guettant un signe de vie. Guettant quelque chose en ignorant totalement la forme que cela pourrait prendre. Il passe ici tous les jours sans que rien ne se passe. Sans voir quoi que ce soit. Et il repart toujours, ne s’arrêtant jamais. Ignorant son cœur qui bat plus fort quand il passe ici. Ignorant le pourquoi de ses pas. Le comment de sa venue. Reprenant sa vie là où il l’a laissé. Mais aujourd’hui, il ne continue pas. Aujourd’hui il pense avoir aperçu ce fameux signe. Aujourd’hui il est temps. Il est temps d’affronter enfin ce qu’il n’ose pas avouer. Il n’en a pas envie. Une minute auparavant il ignorait encore qu’il se retrouverait ici, droit comme un pic, arrêtant sa marche au beau milieu de la rue. La circulation est inexistante ici et heureusement. Il n’arrive plus à aligner un pas. Il ne sait plus comment tenir en équilibre. Il ne sait plus qui il est. Il ne sait plus où il habite. Ce qu’il fait ici ou encore où il doit se rendre. Il perd la raison. Une seconde. Simplement en voyant arriver ce fantôme du passé.

Il la laisse arriver. Retrouvant une espèce de lucidité qu’il ignorait posséder. Se rapprochant du portail de la maison, comme guidé par une autre force, par autre chose que lui-même. Se postant devant la demeure, comme s’il l’attendait. Comme si cette rencontre était planifiée depuis des lustres. Alors que rien n’aurait pu prédire cela. Rien n’aurait pu les destiner à se croiser aujourd’hui. Cela semblait être une journée comme les autres. Un détour parmi tant d’autres où aucuns signes ne viendraient perturber l’ensemble. Pourtant. Tout se chamboule. L’ensemble lui-même se retourne. Elle arrive. Kai ne parle pas. Il ne peut même pas souffler son prénom. Celui lui arrachera un poumon, il le pense. Il ne bouge plus. Comme si la présence de la femme face à lui venait de le paralyser d’un seul regard. Plus rien ne bouge. Le monde entier vient d’appuyer sur le bouton pause du temps. Le passé ressurgit. Le fantôme fasse à lui semble plus réel que jamais et tout ce dont il a pu penser jusqu’ici s’écroule immédiatement. Il est parti il y a tellement longtemps. Les scénarios sur la nouvelle vie de celle qui l’appelait sa femme à l’époque s’envole comme une simple fumée qui rejoint les nuages.

Tel un fantôme du passé. Elle parait si irréelle. Tel un fantôme du passé. Le présent ne se fait plus ressentir. Tel un fantôme du passé. Il est impossible de comprendre ce qui est en train de se passer.

Figé. Balayé par les sentiments. Kai reste inerte. Pas un seul mot ne sort de sa bouche malgré les lèvres qui tentent de se décoller. Son regard qui observe l’italienne. Ses bras collés à son corps. Il avale sa salive avec difficulté et espère que le temps va se ré enclencher, que quelqu’un appuie sur le bouton play, qu’il remette la machine en route.


________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1641-santiago-money-makes
Date d'inscription : 27/08/2016
Messages : 461
Pseudo : Chucky / EsterC
Avatar : Alexis Ren
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)

Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Sam 26 Nov - 22:22

Courir…
Oublier…

Courir…
S’évader…

Mon corps ne semble jamais se fatiguer.
Un tour.
Deux tours.
Trois tours.


Je continue jusqu’à ce moment précis où j’ai l’impression que je meurs. Ça aurait pu être n’importe qui devant la Villa. Mais non…

Tous les souvenirs que j’ai essayé d’oublier jusqu’à présent remontent à la surface. J’entends enfin mon cœur battre à la chamade. En partie par l’effort de mon exercice quotidien mais surtout à cause de l’homme qui se trouve devant moi.

J’ai tellement essayé de tourner la page. J’ai quitté les USA plusieurs mois. J’ai fait des choses que je ne désirais pas vraiment.
J’ai l’impression que mes efforts sont vains.

Tout remonte, les souvenirs, lui… Il a changé mais il reste l’homme que j’ai connu, que j’ai aimé… Est-ce que je l’aime encore ?

Je n’en sais rien.

Devant lui, à cet instant, je me sens confuse…
Mon corps m’abandonne, ne m’écoute plus et se rapproche de Kai Norton.

Pas trop non plus…

Mais suffisamment pour sentir son souffle frapper mon poignet quand j’approche ma main de son visage, que je frôle sa peau.

C’est bien réel…

Ce n’est pas un énième rêve.

Il est là devant mon portail.
M’attend-il ?

« K-Kai… » je murmure coupée par ma respiration haletante.

Ma main se ferme et se colle à ma poitrine.

La situation me semble si étrange à cause du temps qui est passé. Un temps sans le voir. Un temps sans nouvelles de lui…

Je suis pleine de questions. Sur lui, sur sa vie. Mais le sentiment d’être probablement une étrangère à ses yeux me modère dans mon élan. Pourtant, j’ai envie… envie de me serrer contre lui, comme avant… comme quand j’avais besoin de soutien.
Impossible…

Je continue de le regarder avec confusion et avidité. Et je trouve la force intérieure de parler…

« Tu… tu es venu me voir ? »


L’espoir…
Il fait vivre bien des gens…

________________

   
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1335-kai-nom-d-un-anti-vi http://perfectdisorder.forumactif.org/t1336-kai-norton-on-roule-notre-bosse-ensemble#26900 http://perfectdisorder.forumactif.org/t285-kai-norton-213-482-6262#2004 http://perfectdisorder.forumactif.org/t286-kai-norton-kenor#2015
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 1435
Pseudo : Nana / Ananas
Avatar : Adam Senn
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Lun 28 Nov - 11:41

Tel un fantôme du passé


Il aurait pu partir. Il aurait dû partir. Mais il en est incapable. Son corps ne répond plus à aucun de ses ordres, plus à aucune pensée logique. Car rien ne parait l’être. Car rien ne semble normal. Pourquoi est-il passé par ici ? Pourquoi s’est-il arrêté ? Ce n’est pas de la curiosité, c’est plus que ça. Lui qui pendant des mois n’a donné aucunes nouvelles. Lui qui est parti en laissant derrière lui une femme enceinte. Lui qui a fui. Comme un lâche. Le voilà face à elle. Face à tout.

La main sur son visage. Un frisson qui traverse son échine. Il souffle doucement. Expirant l’air chaud en lui. Ce geste lui fait serrer les dents. Fermer les yeux une seconde. Elle est un poison. Sa kryptonite. Pourtant il en redemande. Il en redemanderait jusqu’au bout de ses jours. Car il ne bouge pas. Il ne recule pas. Il pourrait. Il devrait. Mais rien en lui ne semble comprendre cela. S’éloigner serait la solution. Mais son corps reste inerte. Ne fait aucun mouvement. Comme si ce dernier voulait souffrir. Voulait affronter ce défi aujourd’hui. Sa raison le martèle de s’en aller, de ne pas se faire du mal, encore. Mais son cœur, qui a souffert, se déchire à l’idée de se défiler, à nouveau. Alors il ne bouge pas. Comme si ne rien faire, ne pas agir, était la solution la mieux indiquée. Non. Il ne s’agit que de la solution la plus simple. La plus lâche.

Il entend son prénom. Comme s’il s’agissait d’un réveil au loin dans son esprit qui cherche à capter son attention. Il ne répond pas. Il en est incapable. Ses lèvres restent clouées encore un moment. Son regard observe Eva avec avidité. Cherchant ce qui a changé chez elle. Et la vérité lui glace le sang. Rien. Elle est toujours cette femme qu’il a aimée. Et qu’au fond de lui il n’arrive pas à oublier. Il a probablement mal fait les choses. Il aurait sans doute eu besoin d’elle ces derniers mois. Mais il avait été incapable de venir vers elle. De faire le premier pas. De donner des nouvelles. Il s’est enfermé dans un trou tellement profond que les abimes de son âme n’auraient pu être sauvés, même avec tout l’amour que l’italienne aurait pu lui transmettre. Il avait évité les dégâts. Pour lui. Pour elle. Pour eux.

Et pourtant. Son cœur est retourné de l’avoir face à lui. « Oui … » Comme contre lui-même. Comme un mensonge à tout un monde. « … Je crois » Il n’est pas sûr de lui. Car il ne sait même pas ce qu’il fait. Comment il agit. Sa venue ici. Il aurait pu attendre devant ce portail quelques semaines auparavant. Mais jamais le courage ne lui a suffi. Alors qu’en ce jour, le choix n’est plus présent, ses sentiments le poussent à saisir l’opportunité qu’il a. La chance de se rattraper d’une lâcheté masculine singulière. Ses yeux se ferment une seconde, puis une deuxième avant de s’ouvrir avec un courage qu’il tente de recueillir. « T’as un moment ? » Pour parler. De toi. De moi. De nous. De ces mois de silence. De cette absence. De ce manque.



________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1641-santiago-money-makes
Date d'inscription : 27/08/2016
Messages : 461
Pseudo : Chucky / EsterC
Avatar : Alexis Ren
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)

Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Lun 5 Déc - 17:29

L’état de choc… Je suis incapable d’avoir une conversation sensée à ce moment présent. Kai est là, sous mes yeux. Il m’a tant manqué… J’ai eu tant besoin de lui mais cloitrée en Italie, rien ne s’est passé. Ni dans le sens inverse…

J’ai la force de poser la question. Et j’obtiens une réponse qui manque de trahir la guerre émotionnelle que je suis en train de vivre à l’intérieur, de m’évanouir. Il est venu pour moi… je ne suis pas insensible à son geste malgré l’incertitude qui le guette.

Et je comprends…

L’un comme l’autre, on est torturés par la situation. Les sentiments sont encore là et je le sais depuis toujours. Notre relation a été trop intense pour être oublié si rapidement. Des années que l’on s’est guetté, on a brisé des amours pour obtenir le nôtre.

A nouveau, on a brisé un couple.
Le nôtre.

Je frémis à ses pensées. Davantage quand il me demande si on peut parler. J’acquiesce, certaine d’en avoir besoin.

« Bien sûr. Je prendrais juste ma douche avant… »

Histoire de me sentir propre, d’être à l’aise…
Une grande discussion nous attend.

Je tends le bras avec ma clef électronique, le portail s’ouvre. Sans un mot, on marche jusqu’à la Villa sous les regards indifférents des gardes. Un léger vent me fait encore tressaillir. Serait-ce l’appréhension qui me rend si tendue ?

Je ne m’inquiète pas, mon esprit est occupé, hanté par la présence de Kai. Je lui accorde un dernier regard une fois le pas de la porte franchi :

« Je me dépêche. Et interdit de t’en aller sinon je te pourchasse dans L.A. »
Sans aucune once de méchanceté, mais pas non plus d'humour.

Puis je m’enfuis, sans courir, jusqu’à ma chambre. Je referme la porte et plaque mon dos. Kai est en bas. Il m’attend. Sa présence me rend dingue.

Pourquoi je ne peux pas passer aussi facilement que les autres, à autre chose ? Pourquoi ce n’est pas aussi facile ?

Frustrée, je finis par lâcher mes émotions à la porte de la salle de bain. Je ne reste pas longtemps sous la douche, juste histoire d’être propre. Je me sèche rapidement et enfile une tenue plus décontractée. Mes cheveux sont encore mouillés mais je ne m’en occupe pas.

J’ai peur qu’il soit parti…

Je descends les escaliers, fixant le salon en espérant retrouver la silhouette de Kai…
Va-t-il encore fuir ?

________________

   
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1335-kai-nom-d-un-anti-vi http://perfectdisorder.forumactif.org/t1336-kai-norton-on-roule-notre-bosse-ensemble#26900 http://perfectdisorder.forumactif.org/t285-kai-norton-213-482-6262#2004 http://perfectdisorder.forumactif.org/t286-kai-norton-kenor#2015
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 1435
Pseudo : Nana / Ananas
Avatar : Adam Senn
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Lun 5 Déc - 20:20

Tel un fantôme du passé


Le portail s’ouvre. Laissant le chemin à la villa disponible pour pouvoir s’y engouffrer. Comme un prisonnier qui rampe dans un couloir … Celui de la mort. Mais il n’a pas le choix. Il doit passer par cet endroit. Lugubre. Froid. Sans lumière. Sans vie. Et cette allée dans la propriété de l’italienne en est une pâle figuration. Kai serre les dents. Sans un mot il suit la belle italienne sur ce chemin. Sur ces quelques mètres. Il connait que trop bien cet endroit. Il est venu tellement de fois ici. Il a presque vécu entre ces murs, alors le voilà maintenant, dans cette demeure, comme un étranger, un simple invité qu’on n’ose pas regarder, qu’on n’ose pas accueillir les bras ouverts. Les gardes ne lui décochent même pas un regard. Qui est-il ici maintenant ? Rien. Il n’est plus rien. Un frisson lui parcoure l’échine. Serait-ce cette ambiance pesante ? Ses pensées ? Son malaise ? Sûrement pas le froid, à Los Angeles, cela est peu probable. Tel un mort vivant il finit le trajet pour s’engouffrer dans la villa. Il reconnaît rapidement les lieux. Rien ne semble avoir changé. Tout est toujours à sa place. Parfaitement. Eva le laisse là. Partie prendre une douche. Il n’ose pas bouger, d’abord. Debout, au milieu de l’entrée. Un miroir traine par-là, il se regarde. Il n’est même pas rasé. Il ferait presque peur à regarder. Une main sur sa mâchoire. Ouais, ça craint.

Il n’arrive pas à rester en place. Ses pensées bouleversées. Que va-t-il dire ? De quoi vont-ils bien pouvoir parler ? Il s’engouffre dans le salon, non sans jeter un regard au garde présent. Qui ne semble même pas vouloir le saluer. Que pense-t-il de lui ? Serait-il capable de l’étrangler ? A-t-il vu le mal causé à son employeur lors du départ de Kai ? Lui en veux-t-il pour cela ? Ou s’en contre fiche-t-il totalement ? Un grognement dans le coin de la pièce détourne l’attention du basketteur. « Tiens tiens … » C’est Attila. Le chien d’Eva. Qui vient le saluer en demandant une caresse. Lui, au moins, il ne l’a pas oublié. Kai s’accroupit et le caresse en réprimant un sourire. Etrangement, il semble lui avoir manqué ce toutou. Se redressant. Ne sachant pas quoi faire en attendant. Il décide d’ouvrir la baie vitrée et de faire un tour sur la terrasse. Sentant son cœur se serrer à chaque nouveau détail qu’il repère dans la pièce. Dehors, c’est mieux. Il n’y a pas de photo. Pas de canapé. Pas de détail qui pourrait faire revenir d’anciens souvenirs. Attila accompagne Kai sur le bord de la piscine. Il marche aussi doucement que lui, comme s’il sentait l’ambiance pesante qui règne. Le bruit des pas dans les marches résonnent au loin. Et Kai du parler fortement une fois pour annoncer sa présence. « Je suis dehors ! » Dit-il. Sans crier. Car le courage n’y est pas. Et la voix non plus par conséquent. Pas la force sans doute. Il fait demi-tour et retourne doucement dans la pièce principale de la villa pour rejoindre la belle italienne. Il s’appuie contre la baie vitrée ouverte en soufflant un léger. « Je suis là. » Comme pour montrer qu’il n’est pas parti. Qu’il n’a pas fui. Cette fois. Qu’il est prêt à agir comme un homme. Le chien passe entre ses jambes et part s’allonger dans un coin, comme pour assister à la scène. Kai l’observe une seconde avant de lever ses yeux vers Eva. « Tout d’abord … » Commence-t-il. Il doit agir en homme. Oui, en homme. Se répète-t-il avant de continuer. « Je suis désolé. » Il marque un temps d’arrêt, se mord la lèvre inférieure. « Je suis désolé pour tout. » Et n’importe quoi. Il n’a rien de précis à citer. Mais il communique son sentiment. Il ne sait pas par où commencer et espère qu’Eva saura amener le sujet sur le tapis. Car lui, il n’y arrive pas. Et il reste là. Béat. Entre la terrasse et le salon. Sans oser entrer. Sans oser sortir.


________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1641-santiago-money-makes
Date d'inscription : 27/08/2016
Messages : 461
Pseudo : Chucky / EsterC
Avatar : Alexis Ren
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)

Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Mer 7 Déc - 21:20


Mon cœur palpite à fond dans ma poitrine. Pendant quelques instants, j’ai l’impression que Kai est parti. Qu’à nouveau, je suis seule…
Puis sa voix s’élève à nouveau.

Je me retourne pour voir Kai sur la terrasse. Entre liberté et vivre cette situation à mes côtés. Je me rends compte que Kai n’a plus besoin de moi. Ou du moins, c’est ce que je me donne comme idée dans ma petite tête blonde. Je me dis que c’est mieux ainsi…

J’essaie de me trouver des raisons de ne pas fondre en larmes, de ne pas être en colère contre Kai. Alors qu’il ne peut rien.
Personne n’y peut.

Je ne décroche pas un seul mot mais Kai le fait. Il entame la conversation en demandant la chose qui lui semble importante. Ça l’est mais…

« Kai.. »

Mon cœur se serre au fur et à mesure qu’il parle. Je ressens une certaine difficulté à respirer. J’ai envie de retourner dans ma douche. J’appréhendais ce moment mais j’avais encore l’esprit assez clair. La présence de mon ex-petit-ami me chamboule encore plus… c’est… désarmant… douloureux.

« Kai, tu n’as pas… »

Je me rapproche de lui, lentement mais sûrement, je lui fais face. J’ai envie de le toucher, de l’enlacer, qu’il me serre dans ses bras.

Et qu’au moment où j’ouvrirais les yeux, ça n’aurait été qu’un mauvais rêve. Mais ce n’est pas le cas, la réalité est en face de moi. J’inspire lentement, j’essaie de trouver mes mots et la force de parler sans risquer de finir en PLS…

« Kai, tu n’as pas à demander Pardon, c’est… Ce qu’il s’est passé… On s’est séparés, même si… » Même si les sentiments étaient encore présents. Le sont-ils encore ?

« Les choses ont fait que… c’est comme ça. Je ne pense pas que tu aies à me demander pardon. Tu es maladroit  en général mais là… tu n'as rien fait de mal. La vie nous a séparés, tout simplement... Et je suis partie de Los Angeles, pour un temps. Toi aussi.... »

Oui, comment ça je suis au courant ?!

Bon… on sait tous que j’ai ce « pouvoir » de tout savoir.

L’argent… la puissance… mafieuse.

Bref…

« Dans mon cas, je sais que je ne t’ai pas oublié. Que je ne peux tourner la page comme ça. Rien qu’à te voir, je suis… chamboulée. Mais ne portes pas le poids de notre échec sur tes épaules ? Je ne te reproche rien et … je n’ai pas envie que tu souffres davantage…  à cause de moi. »

J’ai envie qu’il soit heureux.

Même si c’est sans moi, finalement…

Je serre mes bras contre mon ventre, je suis stressée. J’aimerais que la situation soit plus facile, mais ce n’est pas le cas.

________________

   
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1335-kai-nom-d-un-anti-vi http://perfectdisorder.forumactif.org/t1336-kai-norton-on-roule-notre-bosse-ensemble#26900 http://perfectdisorder.forumactif.org/t285-kai-norton-213-482-6262#2004 http://perfectdisorder.forumactif.org/t286-kai-norton-kenor#2015
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 1435
Pseudo : Nana / Ananas
Avatar : Adam Senn
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Dim 11 Déc - 21:27

Tel un fantôme du passé


Son prénom résonne, mais il n’y fait pas attention préférant continuer. Il a besoin de le dire. De l’extérioriser. Ses mots semblent le libérer d’un poids. Et puis. Finalement. Même s’il communique son sentiment. Même s’il indique qu’il est désolé. Il sent au fond de lui que ce n’est pas assez. Que oui, ils ont besoin de parler. Même si c’est dur. Même s’il ne sait pas par quoi commencer. Ils le doivent. Pour avancer. Le moment a trop longtemps été repoussé. Il faut le faire. Il faut l’affronter, affronter l’autre, s’affronter sois même.

Elle se rapproche de lui. Il ne la repousse pas. Il ne recule pas. Il reste planté là. La laisse s’approcher à nouveau. Et il l’écoute avec grande attention. Le souhait d’une libération se fait plus fort, mais il ne ressent pas le poids se volatiliser. Il ne ressent pas son estomac se dénouer. Au contraire. Il a l’impression que ses boyaux se compriment, que son cœur tambourine d’une manière différente. Plus forte. Moins cadencée. Un mélange de tout. Eva prend la parole. Kai se tait. Il ne parle pas. Pas par manque d’envie, pas par soumission. Mais par peur. Peur de stopper cet élan. Cette discussion. Il a besoin de savoir ce qu’elle a à dire. Ce qu’elle veut lui dire. Il a besoin de recevoir ce poignard en plein cœur. Il a besoin de souffrir une bonne fois. Il a besoin d’avoir mal pour avancer. Se séparer, pour de vrai, pour mieux repartir.

Le regard embué. Un soupir appuyé. La fermeture des yeux une seconde de trop. Il écoute. Il s’imprègne des mots d’Eva. Comme pour que son subconscient comprenne la situation. Pour qu’il comprenne que ce moment est important. Que ce qui va être dit. Ce qui va être fait. Va changer leur relation, à jamais. Pour toujours. Elle trouve les mots. Ce que Kai n’a jamais réussi à faire jusqu’ici. Il ne relève pas le point sur le fait qu’elle sache qu’il ait quitté Los Angeles. Il semblerait qu’elle l’a fait aussi. Alors c’est ça ? Au moment où ils avaient le plus besoin de l’autre, ils sont partis. Tous les deux. Pris la fuite. Comme des lâches. Comme des moins que rien. Kai se sent coupable. Encore. Car il a conscience de son départ. Il sait qu’il a abandonné la femme de sa vie. Il l’a laissé. Seule. Et il est partit. Sans rien dire. Sans donner de nouvelles. C’est ce poids qu’il garde en lui. Et elle a beau dire ce qu’elle veut. Qu’il ne doit rien se reprocher. Il ne peut pas s’en empêcher. Il est conscient de ses fautes. Et celle-ci, en est une.

« Je ne souffre pas à cause de toi. » Glisse-t-il quand Eva semble avoir fini de parler. Elle semble se recroqueviller sur elle-même. Il aimerait la prendre dans ses bras. La rassurer. Mais il ne fait rien. A part inspirer profondément. Un silence se fait. Un moment. Le temps pour Kai de regarder Eva. De l’observer. Ses traits. Son visage. Son expression. Il sert la mâchoire. Alors il tente le tout pour le tout. A sa manière. « On est vraiment pas doués. » Finit-il par dire. En tentant de sourire. Pour faire mine de rire. Mais son visage ne se tord pas totalement comme il le faut sous le coup de l’émotion. Et cela ne ressemble à tout sauf à un rire. « On avait vraiment une belle vie et puis … » Un temps de pause. Comme s’il cherchait le mot exact. Qui ne vient pas. « On a tout fait foirer. » L’un et l’autre. Surtout lui, il le sait. Il aimerait demander de quoi demain sera fait. Il aimerait savoir qui sont-ils maintenant l’un pour l’autre ? Mais il n’ose pas poser la question. Il n’ose pas affronter la réponse. Il a peur. L’homme qu’il est, se terre au fond de lui. Solution de facilité. Du bout du doigt de sa main droite, Kai vient replacer une mèche de la chevelure blonde de l’italienne derrière une de ses oreilles. Avant de la retirer. « Et maintenant ? » Demande-t-il. On se mate un film ? On va faire un plongeon dans la piscine ? On vit nos vies chacun de son côté ? On se marie, toi et moi, et on fugue loin de tout ? Tout et n’importe quoi passe par la tête folle du basketteur.


________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1641-santiago-money-makes
Date d'inscription : 27/08/2016
Messages : 461
Pseudo : Chucky / EsterC
Avatar : Alexis Ren
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)

Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Dim 11 Déc - 22:26

Kai avoue ne pas souffrir.
La question qui me vient est : comment fait-il ?
M’a-t-il déjà oublié ?
M’a-t-il aimé ?

La voix de la raison frappe mon âme et mon cœur de mille coups. Je me remets en doute par la tristesse, la frustration. Aimer quelqu’un sans pouvoir continuer à vivre ce « quelque chose » entre vous rend fou.

J’ai l’impression de devenir folle.

Je ris nerveusement. Pas doués… je ne l’ai jamais été. Mes relations sont toutes chaotiques. Même si j’avais vu en Kai l’espoir d’un amour durable. Ce ne fut pas le cas. Je n’arrive plus à parler. Ses mots me font… un effet indescriptible…
Une sorte de douleur mais un apaisement.

Comme une marche que l’on monte pour approcher la clarté au-dessus de nous. Kai a le don de dire les choses telles qu’elles sont. Oui, on s’est foiré.

« Ça devait sûrement arriver, oui… »

Même si je dois l’avouer que je ne me suis jamais attendue à ce dénouement jusqu’à ce qu’il arrive.



Je sursaute sur place. Mais pas trop. La main de Kai si proche, si… je sens la chaleur de sa peau, j’imagine notre contact jusqu’à ce qu’il soit réel. Peau contre peau. Je ferme les yeux et savoure. Cette sensation m’a manqué.

Kai m’a manqué.
Il me manque.

Je rouvre les yeux, tente d’analyser sa question. J’expire lourdement, me sentant perdue par la situation. Je ne sais pas quoi faire au quotidien en dehors du travail.
Je ne fais que ça.

Parfois je sors un peu mais… je ne sais pas si ça me suffit.
Mes yeux se lèvent sur Kai, l’observe…

Que dire ?

« Dédoubles-toi et laisses le avec moi. Je pourrais l’aimer toute ma vie, je pourrais combler le creux que me fait vivre ton absence. Je ne serais pas obligée de t’oublier. Je pourrais lui dire que je l’aime. »

L’ai-je vraiment dit ?
Je ne regrette pas de le dire.
Même si c’est trop tard.

« Mais c’est impossible. Je ne veux pas t’imposer quoi que ce soit à présent, tu es libre de partir. Je n’attends plus rien de nous maintenant que tout est dit. »


Je m’exaspère.

C’est si…

C’est beau mais ce n’est pas ce que j’étais quand j’étais en couple avec Kai. Je l’aimais mais je ne lui disais pas, car c’était évident.

« C’est mieux comme ça si on se voyait plus. »

Je fuis.
Ce n’est pas Kai mais moi qui fuit.

Je m’éloigne, non pas en courant mais en marchant, jusqu’au petit salon. Je me serre un verre de whisky, une double dose de libération. Ma gorge brûle, mon corps frissonne.

J’ai tellement envie de me retourner, de me jeter dans ses bras juste pour sentir la chaleur et le réconfort. Juste pour avoir ma dose de bien-être avant de retourner dans cette spirale de travail qui m’aide depuis son départ.

________________

   
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1335-kai-nom-d-un-anti-vi http://perfectdisorder.forumactif.org/t1336-kai-norton-on-roule-notre-bosse-ensemble#26900 http://perfectdisorder.forumactif.org/t285-kai-norton-213-482-6262#2004 http://perfectdisorder.forumactif.org/t286-kai-norton-kenor#2015
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 1435
Pseudo : Nana / Ananas
Avatar : Adam Senn
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Lun 12 Déc - 10:05

Tel un fantôme du passé


Poignant. Désarmant. Assommant. Les mots dictés sont empreints de cette émotion palpable dans l’espace. La pièce en est gavée. Les esprits tentent de se libérer, mais les cœurs se serrent, empêchant les âmes de pouvoir s’ouvrir davantage. Pourtant. Eva semble prête à le faire. Elle qui n’a jamais dicté ses sentiments à voix haute. Voilà qu’elle le fait maintenant. De quoi rendre Kai désemparé. Il n’arrive pas à répondre. Pas tout de suite. « C’est impossible … » Répète-t-il doucement comme un écho aux dires de la belle italienne. Pas qu’il ne le veuille pas. Mais se dédoubler n’est pas encore une de ses facultés réalisables. Elle pourrait l’aimer. Il pourrait l’aimer. Mais serait-ce encore ce même amour ? Ressemblerait-il à quelque chose ? Seraient-ils réellement heureux ensemble maintenant qu’ils viennent de vivre aussi éloignés l’un de l’autre tant de temps ? Il s’interroge. Pense encore qu’il n’est pas étranger à leur rupture, à leur échec. Ils étaient si bien … Et maintenant … Il leur est même difficile de se parler. De se dire les choses. Quelque chose a changé. Quelque chose s’est brisée. Et cela se fait ressentir dans chaque mot, chaque geste qui est réalisé à cet instant.

Il aimerait la rassurer. Lui dire de tout oublier. De recommencer. Encore. Mais il n’a pas la force. Pas le courage. Peut-être pas l’envie finalement. Il ne souhaite pas la faire souffrir à nouveau. Et personne d’autre. Il ne fait connaître que le mal autour de lui. Jamais une relation sérieuse peut se qualifier de réussie quand on inclut Kai. Alors il a décidé de ne plus essayer. De ne plus s’investir. De ne plus s’enticher de quelqu’un. De ne plus être le mal qui pourrait ronger sa compagne. Mieux vaut être seul, mieux vaux souffrir dans son coin.

Même si … Quand elle s’éloigne … Il sent son cœur se déchirer. Se détruire. Il inspire. La regarde se rendre dans le petit salon. Sortir la bouteille. Se servir un verre. Il hésite un moment. De faire demi-tour, de la laisser, de ne plus se voir, comme elle le demande. Un regard vers le chien. Une seconde de silence. Attila se contre fou de la situation probablement. Mais le regarder lui, évite à Kai de se voir affronter le visage de l’italienne se tordre sous l’effet de la première gorgée de l’alcool fort. Avec une once de courage, il ose demander. « C’est ce que tu souhaites ? » Que je parte ? Que je ne revienne plus ? Que toi et moi ne puissions plus jamais se voir ? Penses-tu réellement que c’est ce dont nous avons besoin ? Il ne pose pas ces dernières questions même si son envie le ronge. Il préfère ne pas la harceler d’interrogations dont lui-même ignore les réponses. « Tu crois que … » Il fait un pas en avant et s’arrête. Une idée de la rejoindre le titilla avant de se raviser. Si elle s’éloigne, c’est qu’il y a une raison et Kai ne souhaite pas entraver son espace personnel. « Tu crois que c’est mieux ? » Demande-t-il. La mine déconfite. Lui qui vient enfin de réussir à venir jusqu’ici. Pour ça … Pour rendre officiel la situation. Un regard vers la porte. Doit-il partir ? Kai s’avance vers Eva, se limitant à un mètre de distance derrière elle. Gardant une sorte de distance de sécurité. « Tu me serre un verre ? » Une question. Pour le faire rester. Encore un peu. Ici. Avec elle.


________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1641-santiago-money-makes
Date d'inscription : 27/08/2016
Messages : 461
Pseudo : Chucky / EsterC
Avatar : Alexis Ren
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)

Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   Ven 23 Déc - 21:33

Impossible…
Pourquoi ?
Est-ce si difficile ?

Ou suis-je tout bonnement trop exigeante ? Souvent, j’ai eu peur de cela. Que l’on pense qu’on ne me suffise pas. Au contraire, j’ai beau être plus riche que la plupart des personnes sur cette planète, je me satisfais de plaisir tellement simple. Finir seule… mais riche… Est-ce une vie, réellement ? Etait-ce le bon moment ?

Je n’en sais rien encore.

Mais j’ai mal. J’ai envie de couper cette souffrance, retourner à ma décadence qui m’allait si bien à l’époque. C’est vrai, je n’avais pas à m’occuper de ce que je ressentais.
Une fois éloignée de Kai, je tente de retrouver une respiration plus calme, d’avoir l’esprit plus clair. Le whisky m’aide un peu plus dans cette voie.

Bien que la voix de Kai résonne à nouveau. Je pourrais rire de ces mots mais j’en suis incapable. Je ne pense qu’à mon envie de me jeter dans ses bras pour y retrouver du réconfort sans me préoccuper qu’il n’y a plus rien entre nous.

Il faut tourner la page.
Mais c’est dur…

« Rien de ce qu’il s’est passé n’était ce que je souhaitais. Mais je n’ai pas le choix… »

A nouveau, je bois une gorgée. Ça aide vraiment… le temps que ça montera. Kai m’en demande un et j’en verse une dose dans un verre. Je ne le prends pas, je ne lui tends pas. Je risque d’effleurer sa peau et ce simple contact risque de me faire chavirer. Je me connais bien.

« Je sais que… je vais être jalouse de toutes les filles qui seront proche de toi, de toutes celles qui auront la chance de t’embrasser, de celles qui auront droit à tes sourires… charmeurs… »

C’est vrai qu’il est encore plus beau, avec ce sourire, cette malice. Rien que de l’imaginer en parlant de ça, je fonds encore.
Je suis bien trop faible.

« Je n’ai plus le droit à toutes ces petites choses qui rendent la vie un peu plus agréable. Je veux réussir à tourner la page… Mais c’est plus compliqué que je le ne croyais. Ça n’a jamais été aussi difficile… Je souhaite seulement oublier mes sentiments inutiles à ton égard, c’est tout. »

Je finis sur une note plus sèche avant de m’enfuir par une gorgée de whisky. Je n’ai pas bougé d’un pouce mais… boire m’aide ce soir, à supporter la situation. Ce n’est pas une situation fréquente, heureusement…

________________

   
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
and all the devils are here



Sujet: Re: Tel un fantôme du passé [PV. EVA]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tel un fantôme du passé [PV. EVA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Permis Moto passé à l'étranger
» Passé et Tradition
» Où est passé Nalaga?
» merci pour l'accueuil et la bonne soirée passée JO & CO
» La cigogne est passée


They call it
the city of angels
but all the devils are here

LOS ANGELES ◈ PERFECT DISORDER :: Los Angeles :: Westside Sector :: Santa Monica