L.A.P.D. ferme ses portes
L'aventure se termine ici mais promis, ce n'est pas un adieu ! L.A.P.D ferme ses portes mais nous vous invitons à nous
rejoindre par ici

 

 La beauté d'un instant [PV. SACHA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1253-james-coincide-tes-a http://perfectdisorder.forumactif.org/t1465-james-haut-les-mains-peaudelapin http://perfectdisorder.forumactif.org/t1466-james-l-wheeler-212-841-952#29485
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 57
Pseudo : Nana
Avatar : Milo Ventimiglia
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : C'est compliqué

Sujet: La beauté d'un instant [PV. SACHA]   Dim 19 Mar - 13:43

La beauté d'un instant


Le regard fixé sur la tasse de café posée devant lui. Il semble perdu. Ses pensées probablement évaporées dans un passé lointain. Dans un passé qu’il a tenté d’oublier. Ses pensées probablement parties voyager dans une contrée éloignée. Dans un état non exploré. Il est là assis sur la banquette, le décor à la fenêtre qui en éblouirait plus d’un. Mais pas lui. Trop habitué des lieux. Trop nostalgique d’un temps où il admirait ces montagnes. D’un geste machinal il remue la tasse devant lui, faisant virevolter le liquide bouillant à l’intérieur, dessinant un cercle sans fin dans lequel il voit sa vie. Sa triste vie. Sa triste défaite. Il ne fait pas attention aux alentours. Pas au couple trois tables derrière lui qui s’embrasse. Pas au gamin au comptoir qui pleure pour avoir la friandise tant espérée. Pas aux trois mecs qui pénètrent dans le café le revolver à la ceinture. Il ne fait attention à rien ni personne. Seulement à ce café face à lui. A la vapeur qui s’en échappe. Et à tout ce qu’il a raté jusqu’ici. Car oui. Il en a raté des choses. Et sa nouvelle vie à Los Angeles n’est pas faite pour lui faire oublier. Non. Bien au contraire. Cela lui rappelle chaque jour pourquoi il est ici. Pourquoi il a tout fait foirer. Pourquoi au fond de lui il se prend pour un gros con. Il a tout perdu. Et le voilà. Là. Dans ce café. A se morfondre. Si seulement il savait pourquoi il s’est rendu ici. En souvenir du bon vieux temps ? En souvenir d’une habitude ancrée ? Ou tout simplement pour se souvenir de la souffrance qu’il possède chaque jour ? Ce fantôme qui le hante. Cette épée qui pèse au-dessus de sa tête. A cette pensée il fait venir la tasse à ses lèvres et avale d’une traite le liquide bouillant qui lui décroche une grimace alors que ses yeux viennent de se poser sur l’entrée du café. Et que …


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Elle. Elle. Oui. Elle. J’en perds mes mots. Mes moyens. Même mes pensées ne répondent plus à mes tentatives. Est-ce vraiment elle ou simplement mon imagination qui me joue des tours ? Je la regarde. Cette chevelure qui transperce la morosité de l’endroit. Ce visage qui éblouit la pénombre des lieux. Ces traits que jamais je n’ai oubliés. Mes yeux l’observent. Sans pouvoir s’en décrocher. Mon cœur bondit dans ma cage thoracique alors que mes mains se posent sur la table comme pour les empêcher de faire une connerie. Je reste là. Assis. A voir cette créature emplir mon être d’une lueur que je n’avais pas aperçu depuis bien des années. Je n’arrive plus à penser. Plus à bouger. Et encore moins à parler. Alors je reste là, béat, à espérer qu’elle vienne jusqu’ici.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Ce café. Cette table. Ce lieu. Précisément. Ce n’est pas un hasard. Ce n’est pas un rendez-vous organisé. C’est une habitude du passé. Une habitude qu’on aime réitérer pour sentir de nouveau le bien-être d’autrefois. Le brun en fait la dure expérience. Mais la réalité vient le frapper avec l’arrivée de la femme à laquelle il n’a jamais cessé de penser. Il pourrait faire un signe. Il pourrait l’appeler. Il pourrait se faire remarquer. Mais au fond de lui il sait qu’il n’a pas besoin. Que cette banquette est celle où elle viendra s’asseoir. Que cette banquette saura l’attirer comme elle l’a déjà fait des années auparavant. Et étrangement, un sourire vient caresser le coin de ses lèvres. Le rendant moins dur. Moins dépressif. Moins fatigué. Cela fait des semaines qu’il n’a pas souri. Cette sensation le gêne et il retire ce petit élan de joie en reprenant un air abattu. Sans le vouloir. Durcissant ses traits et montrant l’épuisement qu’il ressent depuis si longtemps.

________________



Arrêt sur image

Amuses toi à arrêter le temps et observes mon vécu.
Tu y verras tout ce qu'un être humain est capable d'endurer, de combattre et d'y survivre ... Serais-tu prête pour me relever, pour débattre et me faire vivre ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1334-sacha-i-m-bulletproo http://perfectdisorder.forumactif.org/t1363-sacha-lets-be-clear-i-ll-trust-no-one http://perfectdisorder.forumactif.org/t527-sacha-lewis-213-482-8615
Date d'inscription : 14/07/2016
Messages : 1552
Pseudo : Tik Tok
Avatar : Rosie Huntington-Whiteley
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : C'est compliqué

Sujet: Re: La beauté d'un instant [PV. SACHA]   Lun 6 Nov - 19:33


Le passé… On aimerait qu’il disparaisse, qu’il s’évapore pour ne laisser qu’une feuille blanche. On aimerait qu’il cesse de nous hanter, que son poids ne vienne plus s’abattre sur nos frêles épaules. Mais les souvenirs sont là, ancrés en elle comme un tatouage sur la peau. Indélébiles. Inoubliables. Ils sont son fardeau, sa peine. Comme une ombre dont elle ne peut se défaire, ils la suivent chaque jour, chaque heure et lui rappelle sans cesse la femme qu’elle était mais surtout tout ce qu’elle a perdu. Isaac…  Son frère. Son ange. Ce petit homme arraché bien trop tôt à sa famille. Elle a les larmes dans les yeux et la boule dans la gorge. Putain que ça fait mal de repenser à ça. Terrible tragédie venue détruire tout ce qu’elle était, tout ce qu’elle avait. Injustice cruelle qu’elle ne parvient à accepter. Une larme vient rouler sur sa joue. Elle ne fait rien, trop épuisée pour continuer à faire semblant. Trop fatiguée pour  continuer de jouer à la fille forte. Elle est brisée Sacha. Meurtrie. Son regard se pose sur Nathanael endormi à ses côtés. D’un geste tendre elle caresse ses cheveux, l’observe quelques instants, silencieuse, avant de quitter le lit. Elle n’a pas fermé l’œil de la nuit. Trop perturbée par un passé qui ne semble vouloir la laisser en paix. Elle a besoin d’être seule la jolie blonde. Besoin de souffler. Parce qu’il y a des jours où les souvenirs se font plus forts, plus douloureux encore. Des jours où l’image de son frère ne cesse de quitter son esprit abîmé. Tu me manques, c’est atroce comme tu me manques… Elle a le cœur qui saigne et l’âme en peine la belle Lewis. Rappel douloureux qui vient la torturer, la bouleverser. Si seulement on pouvait te trouver. Si seulement on pouvait te sauver… Mais Isaac ne semble désormais n’être plus qu’un nom sur une liste. Un dossier classé. Une affaire oubliée. Moi je ne t’oublierai jamais…

Elle quitte l’appartement sans même laisser un mot. Parce qu’il sait Nathanael, parce qu’il respecte ces moments où elle préfère être sans lui, ces instants où sa peine ne peut être entendue. Il ne dit rien, accepte cette distance dont elle a besoin. Elle l’aime encore plus pour ça. Il ne la force pas à s’exprimer, il n’insiste pas afin qu’elle se confie. Il la comprend et au fond, c’est tout ce qu’elle demande, tout ce dont elle a besoin. L’air frais du matin caresse son visage avec une douceur infinie, faisant virevolter avec grâce ses longs cheveux blonds. La brise l’apaise, calme le tourbillon destructeur de ses pensées. Elle tente de faire le vide dans son esprit mais les souvenirs s’imposent à elle sans qu’elle ne puisse les contrôler. Elle n’est plus qu’un pantin Sacha. Plus qu’une poupée piégée par ses émotions. Elle ne peut rien faire pour calmer la douleur. Rien faire pour oublier. La nostalgie la guide vers un lieu qu’elle connaît bien. Un lieu qu’elle a longtemps fréquenté. Un lieu où tu savais m’apaiser… Pèlerinage étrange qu’elle exerce dans l’espoir de panser ses plaies. Mais c’est une autre blessure qui vient s’ouvrir, un autre tourment qui vient l’envelopper.

Parce qu’il y a des regards qu’on ne peut oublier, des visages qui nous marquent à jamais. Parfois, ils apparaissent comme un éclair dans l’air, viennent marteler notre cœur des souvenirs qu’ils nous rappellent. Et puis il y a le destin fourbe et cruel qui vient mettre sur notre route des fantômes que l’on croyait envolés.

Hasard
ou
Destinée ?

« James … » C’est un murmure presque inaudible. Un chuchotement dans l’air. Non. Non… C’est impossible. Il n’est pas là. Il ne peut pas être là. Ce n’est qu’un tour vicieux de son esprit tourmenté. Qu’un mirage venu la perturber. Elle cligne plusieurs fois des yeux, persuadée que l’image qui se dresse devant elle finira par disparaître. Mais tu restes là, devant moi… Figée, elle ne peut détacher son regard de l’homme assis au fond de la salle. Notre table… Son cœur bat à tout rompre dans sa poitrine, perturbé de retrouver ce passé qu’elle croyait enterré. Elle s’avance, les jambes tremblantes, vers cet homme qui a tant compté. Il était le seul à pouvoir la sauver, le seul qui la comprenait. Elle vient s’asseoir face à lui, encore chamboulée de le revoir ici. Il a les traits fatigués, semble tout aussi épuisé qu’elle. Toi aussi tu n’arrives pas à oublier… Un léger sourire prend doucement place sur son visage. Parce que malgré tout ce qu’il s’est passé il lui a manqué.  Parce que malgré toutes ces années passées elle n’a jamais pu l’oublier. « J’ai du mal à croire que tu sois là… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1253-james-coincide-tes-a http://perfectdisorder.forumactif.org/t1465-james-haut-les-mains-peaudelapin http://perfectdisorder.forumactif.org/t1466-james-l-wheeler-212-841-952#29485
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 57
Pseudo : Nana
Avatar : Milo Ventimiglia
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : C'est compliqué

Sujet: Re: La beauté d'un instant [PV. SACHA]   Lun 27 Nov - 18:44

La beauté d'un instant


La blonde avance. Vers cette table. Vers la table. Vers leur table. Sans en chercher une autre. Sans se demander si l’homme assis là aurait pu attendre quelqu’un. Car elle savait. C’était lui. Lui … Elle. C’était elle. Comme un entrelacement entre le réel et l’imaginaire. Entre le passé et le présent. Des images qui se chevauchent. Des éclairs qui résonnent. Des lumières qui détonnent. Un mélange entre le souhait  et l’imaginaire. Un mélange entre l’utopie et la volonté. Comme le visage de James quand il la voit. Ce mélange de fatigue, de mal être et maintenant. Ce sourire qui vient éclairer le fond de ses prunelles éteintes depuis si longtemps.

Est-elle ce mirage du désert qui lui apparaît ? Il a souvent rêvé d’elle. Il a souvent espéré la voir au détour d’une rue. Il a souvent cru lui parler car il avait trop bu. Mais aujourd’hui elle est différente. Il sait que s’il tend la main alors il pourra l’effleurer, ressentir la chaleur qui s’extirpe de son corps. Il sait. Il n’a pas besoin d’agir, il le sait. Elle est réelle. Il l’est aussi. Et toutes ses pensées s’arrêtent un instant. Son cerveau se bloque sur cette femme. Son cœur s’interrompt sur un battement. Le temps se met en pause. Et il grave ce moment dans sa mémoire, tel un souvenir qu’il ne voudra jamais oublier. Comme un morceau de lui qu’il veut conserver.

Quelques mots. Qui se perdent dans le brouhaha du lieu. Quelques mots. Qui arrivent saccadés à son interlocuteur. Quelques mots. Comme une délivrance. Et une souffrance. Quelques mots. Et rien de plus.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Que dois-je dire ? Je n’ai aucune idée … Elle approche. Elle s’assoit … Elle n’a pas changé. Bon sang, elle semble si fatiguée. Est-elle dans le même état que moi ? Qu’a-t-elle vécue tout ce temps où je n’étais pas là pour elle ? J’ai tellement de questions, tellement d’interrogations. Je suis incapable de les poser. Comme je suis incapable de faire le moindre mouvement. Elle. Est-ce bien elle ? Je n’ai aucuns doutes. Toutes les fibres de mon corps me l’indiquent clairement. Mon cœur tambourine tellement. Peut-elle l’entendre ? J’essaie d’avaler ma salive. De respirer. Je cherche un brin d’air frais. Mais cela ne vient pas. Je tente de réfléchir, de trouver mes mots, mais les seules pensées sont tous ces souvenirs qui reviennent à la surface. Je la revois. Elle. Il y a tant de temps. Plus jeune. Je l’étais aussi. Cette affaire. Cette disparition. Ce garçon. Son frère. Toujours absent. Je le sais. Je ne passe pas un jour sans vérifier le dossier. Me tourmentant, sans s’arrêter. Comme aujourd’hui, et le retour de mon passé.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

L’œil triste. Le regard sombre. Les yeux du brun viennent chercher ceux de la blonde. Sa posture. Droite. Semble fixée là depuis des années. Ses lèvres remuent. Pour délivrer le son grave de sa voix. Cassée. « Je ne pensais pas te revoir un jour. » Glisse-t-il avec toutes les peines du monde. Il semblait avoir perdu la notion de respirer et ses mots le délivrent. Sa cage thoracique se remet à se mouvoir. Il inspire et expire profondément. « Je … » Tente-t-il. Une fois. « … je » Une seconde. Il déglutit. Demande la venue d’un serveur en adressant un signe de la main vers le bar. Ses yeux se sont éloignés une seconde de ceux de la blonde. Il a repris de la contenance. Car face à elle. Il n’est rien. Il perd son pouvoir. Celui de la peur. Il n’impressionne plus. Et cela depuis longtemps. Il ne ressemble qu’à ce flic fracturé. Détruit de l’intérieur. Cette ombre de lui-même qui rampe dans le cercle vicieux de la vie. A la recherche d’un brin de bonheur qui n’arrivera jamais. Alors il retente. Car c’est elle. Et il ne peut pas la laisser partir à nouveau sans avoir réussi à aligner deux mots. Il ne peut pas. Il ne veut pas. Il ne se le permettrait jamais. « Je ne sais même pas quoi te dire. » Et sans aucun contrôle. Une larme traverse son visage.

Une larme de bonheur. De douleur. Une larme qui fait peur. Le flic ne se donne pas la peine de l’essuyer. Il n’a plus rien à cacher. Il est à découvert. Car elle. Sacha. Il ne peut rien lui dissimuler. Elle est son poison. Et son antidote. « Je suis désolé » Il ne précise pas. Il n’a pas besoin. De tout. Elle saura. Aucune autre larme n’accompagne la précédente. Seule la goutte d'eau sur la table peut maintenant témoigner de la faiblesse de cet homme.

________________



Arrêt sur image

Amuses toi à arrêter le temps et observes mon vécu.
Tu y verras tout ce qu'un être humain est capable d'endurer, de combattre et d'y survivre ... Serais-tu prête pour me relever, pour débattre et me faire vivre ?

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
and all the devils are here



Sujet: Re: La beauté d'un instant [PV. SACHA]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La beauté d'un instant [PV. SACHA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» instant frenzy
» Triath'long de la côte de beauté
» Sacha
» Rondeurs : beauté ou embonpoint ?
» primé beauté ?


They call it
the city of angels
but all the devils are here

LOS ANGELES ◈ PERFECT DISORDER :: San Gabriel