Merci de votre soutien !
Faites vivre le forum en votant aux topsites !
Mais ce n'est pas tout, vous pouvez désormais afficher votre soutien aux yeux de tous en arborant nos nouvelles signatures !
Nouvelle version
La version 4 fait son entrée de diva sur LAPD et avec elle, plein de nouveautés !
Pour tout savoir, c'est par ici

 

 KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1335-kai-nom-d-un-anti-vi http://perfectdisorder.forumactif.org/t1336-kai-norton-on-roule-notre-bosse-ensemble#26900 http://perfectdisorder.forumactif.org/t285-kai-norton-213-482-6262#2004 http://perfectdisorder.forumactif.org/t286-kai-norton-kenor#2015
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 1503
Pseudo : Nana / Ananas
Avatar : Adam Senn
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !    Dim 26 Fév - 13:59

Kai Norton
Never back Down. Never back Down. Never back Down. Never back Down. Never back Down. Never back Down.
Perfect Disorder
Surname Norton
First name Kai
birthday 8 Janvier 1991, Hawaï
age 26 ans
origins Américain
sexual orientation Hétérosexuel
relationship statusCélibataire
university6e année en management + Option sport
money makerEtudiant + Assistant coach de l'équipe de basket universitaire
Social climber Pas d'ennuis financiers

Première chose à laquelle tu penses au réveil  Réveil explosé !
Première chose que tu fais en rentrant le soir Douche
Une musique qui te fait changer d’humeur en un rien de temps Samba endiablée
L'activité qui te remonte toujours le moral Partie de basketball
Si ta vie était un film, ce serait: "Seul au monde"

Ce qui te fait le plus facilement pleurer Cœur meurtri
Ton plus grand complexe Aucun
Ta plus grande fierté Aucune
Ton mot préféré Saperlipopette
Le meilleur motif pour raccrocher au nez de quelqu'un au téléphone, à tes yeux Mauvaise blague

Définis-toi avec une expression Vis ton rêve, mais ne rêve pas ta vie.
Ta personnalité en un mot  Gaffeur
Ta personnalité (au lit) en un mot  Sûr de lui
Plutôt sexe ou abstinence ?  Sexe
Tu as le pouvoir de changer le monde. Que fais-tu ?  Transformation des humains en bisounours



Who are you ?
you're the judge oh no
∇ Le 8 Janvier 1991, Kai Norton ouvrira pour la première fois ses yeux dans ce monde. ∇ Quelques mois plus tard, le 2 Juin 1992, sa petite sœur naquit, elle portera comme prénom Haleah. ∇ Malheureusement, face à l'accouchement violent, la mère des enfants viendra à mourir en quelques jours. L'absence de leur père parti en mission à l'étranger, les jeunes Norton seront alors pris en charge par leurs grands parents à Honolulu. ∇ Élevé et éduqué par ses grands parents, Kai va devenir et vivre comme un Hawaïen. Apprenant le langage utilisé, les coutumes pratiquées et les traditions respectées. Voguant entre les cours, les sessions plages et les petits boulots pour appâter les touristes, il deviendra un adolescent à la réputation de gaffeur, drôle et sociable. ∇ Au cours de ces années d'adolescence, les enfants Norton ne verront que peu leur père, n'arrivant à se libérer que quelques fois, principalement en été. il les emmènera alors voyager une année sur l'autre. A Paris, Londres, Buenos Aires ou encore Séoul. ∇ Courant 2009, le père des deux enfants démissionne de l'armée et ouvre un restaurant à Los Angeles. Cette même année, les deux adolescents Norton prennent la décision de rejoindre leur père et quitte Honolulu pour intégrer l'université de Californie en Septembre. ∇

∇ Kai connaîtra deux longues relations sérieuses avec deux femmes, totalement différentes l'une de l'autre. La plupart de ses relations ne durant qu'un instant, sans effort de sa part, sans forcément de lendemain. Il n'a pas réussi à s'attacher davantage. Prenant même la fuite lorsque les choses deviennent sérieuses, il ne se voit pas comme un homme doué en relation et encore moins en sentiment. Aujourd'hui, il est célibataire et souhaite l'être quelque temps, afin de ne plus faire souffrir de femmes involontairement. ∇ Au programme de ses études, on retrouve le management en majeur, filière qui l'a toujours captivé et le sport en mineur, notamment le basket. Afin de suivre son rêve, de s'en approcher du mieux possible. Mais suite à une grave blessure un an auparavant, le cursus sportif ne sera plus qu'une option et le management complètement mis en avant, semblant être la meilleure option pour son avenir. ∇ Los du dernier championnat universitaire sportif, Kai a été repéré par un recruteur de NBA, il a passé une semaine de sélection au centre d'entraînement professionnel de Los Angeles, où il a été repéré. Blessé quelques semaines plus tard, les médecins lui ont annoncé la fin de toute possibilité d'évoluer au sein d'une compétition à haut niveau. ∇ Aujourd'hui, il est devenu assistant coach sportif pour l'équipe universitaire de basket depuis que son rêve d'être joueur s'est brisé. Un côté qui lui plaît et dans lequel il s'investit beaucoup. ∇  Propriétaire d'un loft, Kai aime se faire plaisir, avec pour preuve la Ford Mustang qu'il adore sortir pour impressionner les filles. Il possédait une moto qui lui a été volée. ∇

En 2016, Kai affronta le décès de sa soeur, passant plusieurs mois de noirceur à Honolulu,  seul, dans le but de se ressourcer. Il a eu du mal, mais aujourd'hui, il a passé le cap du deuil, de la rupture avec sa petite amie de l'époque et de la perte de sa grossesse. Il lui a fallu du temps pour s'en remettre. Il est aujourd'hui plus mature, plus fort. Le nouveau Kai est prêt à reprendre ses études et sa vie en main. ∇
groupe ◈ Usual Suspects, on ne connait jamais vraiment personne, ne vous y fiez pas
Wish
we could turn back time to the good old days
Criminal record
you're the judge, set me free
CASIER JUDICIAIRE VIERGE

SEUL FAIT RELEVÉ
- 48 heures de garde à vue
- Dans le cadre d'une enquête pour meurtre
- Contexte : Aux alentours de deux heures du matin, un corps sans vie a été retrouvé dans les rues de Los Angeles. Aucun coupable n'a encore été désigné.
- Situation : Enquête fermée
- Preuve : Moto de l'intéressé
- Fait : L'intéressé a été placé en garde à vue suite à la présence de son engin automobile près des lieux sans mobile valable au moment présumé du crime.
L'enquête ne connait pas de suite. L'agent responsable n'a pas souhaité donner de suite faute de preuves suffisantes.
Black mirror
los angeles perfect disorder
Prénom/pseudo Anaïs / Nana / Ananas (je n'en donne que deux histoire d'éviter les surnoms, mais sachez que je les collectionne)
âge/anniversaire 23 balais
Pays Francia
Présence 3/5
Personnage Très ancien scénari
Intrigue YES MAN !
Où as-tu trouvé le forum ? Dans ma boîte à outils
Qu'en penses-tu ? Jolie vue !
Newsletter OUI
En cas de suppresion acceptes-tu que ton personnage puisse devenir une des victimes en cas de suppression ? non
Ta plus grande peur vis à vis du forum Pour le moment aucune, ne me faites pas peur !
Autre chose ? ON VA RP LES COPAINS
Bottin
Code:
<span class="bottinpris">◼ ADAM SENN</span> • Kai Norton

________________





Dernière édition par Kai Norton le Dim 26 Fév - 21:29, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1335-kai-nom-d-un-anti-vi http://perfectdisorder.forumactif.org/t1336-kai-norton-on-roule-notre-bosse-ensemble#26900 http://perfectdisorder.forumactif.org/t285-kai-norton-213-482-6262#2004 http://perfectdisorder.forumactif.org/t286-kai-norton-kenor#2015
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 1503
Pseudo : Nana / Ananas
Avatar : Adam Senn
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Re: KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !    Dim 26 Fév - 13:59

Kai Norton
Acte I
History
ACTE I, Introduction ♦ Tous naissent égaux, mais chacun survit à sa manière.

Il y a une chose qui fait de Los Angeles une ville pleine d’horizons. Ce sont ses habitants. Chacun d’eux possède une vie différente, vient d’un endroit différent. Permettant alors d’agrémenter cette ville de nouvelles choses, de nouveaux parfums et de cet aura particulier. Kai Norton, habitant de cette terre est comme tous les autres. Il vient d’une autre contrée. Avec ses cultures. Ses décors. Ses propres traditions.

Mais, réellement, qui est-il ?

Hawaïen. Né à Honolulu. Il a fréquenté les grandes plages, a flâné sous les cocotiers, maté les belles femmes en maillot de bain, bronzé sous un soleil de plomb. Il a appris la langue des lieux tout en conservant un anglais à l’accent léger. Pas quelqu’un de spécial, c’est un type comme les autres à qui il n’arrive pas forcément d’histoires étranges et loufoques. Il est un peu comme vous et moi, un mec banal parmi tant d’autres. Mais pour le connaître davantage, il vaut mieux connaître son histoire. Alors approchez-vous, il est temps d’en apprendre un peu plus sur cet ordinaire bonhomme.

--------------------------------

ACTE I, Scène 1 ♦ Le commencement
Juillet 1992, Base militaire Anglaise, emplacement précis inconnu.


« Mon commandant ! Mon commandant ! » Le jeune caporal entre dans la pièce au pas de course, sans même se donner la peine de respecter le code militaire. Dans une situation pareille, on ne lui en tiendra pas rigueur. L’absence de réponse lui donne l’envie de se répéter, mais il n’a déjà pas respecté le salut en entrant, il ne voudrait pas se retrouver puni pour un nouveau manquement alors il se stoppe. Au garde à vous. Face à son supérieur et attend une réaction.

~ Dix bons mecs, sous ses ordres. Prêts à tout pour défendre leur pays. Prêts à tout pour suivre leur chef dans n’importe quelle mission. Ce sont des durs. Ce sont les forces spéciales anglaises. Le commandant prodigue ses derniers conseils, son dernier rapport, son dernier encouragement avant de partir le lendemain à l’aube pour une mission à la durée encore inconnue. Debout face à son oratoire intéressé il se fait interrompre par ce caporal qui déboule comme une flèche dans la pièce en scandant son grade. Il le dévisage, le détaille même de haut en bas quand il se met garde à vous. Attend une seconde et se décide enfin à prendre la parole quand il aperçoit ce regard d’anxiété dans les yeux du jeune militaire. « Caporal, au rapport. » ~

Il bafouille une première fois. Surpris. Impressionné par cet homme dont les médailles et les actes héroïques en mission ne sont plus à compter au vu du nombre. Un raclement de gorge pour se donner du courage avant de se lancer. « C’est votre femme mon commandant. Elle est en train d’accoucher. » L’annonce est brutale. Les dix hommes assis comme de bons élèves détournent le regard sur le jeune pour le porter sur le principal intéressé, le commandant Norton. Tous savent que la mission est importante. Mais tous connaissent aussi l’importance de la famille et le manque qu’on ressent quand on se trouve aussi loin et dans une situation telle que celle-ci. Le silence pèse. Personne ne parle et c’est de nouveau le petit caporal qui se jette à l’eau avec cet air du nouveau militaire inexpérimenté, vous savez, le genre de type qui pourrait porter son calot sur le côté avec un air de benêt, voire d’âne mal léché au lever du jour. « Le capitaine est au téléphone avec en ce moment même et … » Il ne peut pas finir sa phrase que le commandant est déjà sorti de la salle sans dire un mot de plus.

--------------------------------------------

Quelques jours plus tard, en mission.

Il regarde cette photo pour la énième fois. Espérant que la regarder avec tant d’amour pourrait la rendre réelle. Sa fille. Aussi petite qu’un brin de muguet au mois de Mai. Il soupire et relève la tête vers le feu de camp, le regard vide fixé sur les flammes. La nouvelle est tombée il y a peu et il ne peut revenir auprès de sa famille. L’inquiétude est de prime. La distance n’arrangeant pas les choses. Il a peur pour ses enfants maintenant seuls. Livrés à eux même. Sans mère. L’accouchement a été trop violent. C’est ce qu’on lui a dit, il ne peut que croire à cela de toute façon. La mort l’a emportée. Le voilà à des milliers de kilomètres de ses deux enfants où ils n’auront plus qu’un seul endroit où vivre : Honolulu. Chez les grands parents de ces derniers. Maintenant que sa bien-aimée ne partage plus ce même monde.  

--------------------------------

ACTE I, Scène 2 ♦ La vie Hawaïenne et le rêve Américain
Courant 2009. Honolulu, maison des grands parents.



La famille au grand complet. Les valises devant la porte. Les dernières embrassades avant le départ. Vers un nouveau mode. Une nouvelle ville. Et par conséquent, une nouvelle vie.

Les Norton s’en vont. Après dix-huit ans de vie dans ces lieux, à Hawaï, les deux enfants quittent cette terre pour en trouver une autre. A des kilomètres et des kilomètres de là, de l’autre côté de cette étendue d’eau qui les sépare de ce qui les attend d’un pied ferme. Ils savent pertinemment ce qu’ils quittent, tout. Mais n’ont aucune idée de ce qu’ils vont trouver. Ils suivent leur père les yeux fermés dans cette idée, trop heureux de le retrouver pour être un tant soit peu exigeants. Alors ils disent adieu à leurs grands-parents, le cœur serré et l’esprit lourd. Pas certains de ce qu’ils sont en train de faire. Ne réalisant peut-être pas dans quoi ils s’engagent. Ils s’en vont et laissent tout derrière eux.

----------------------------------------
Septembre 2009, UCLA, Los Angeles.

Il fallait bien un début à tout et les études marquent le début de la vie d’adulte. Une sorte d’introduction de ce qui nous attend dans le futur. L’école avant le professionnel. La tranchée avant le no mans land. La guerre entre étudiants avant l’esclavage de l’employeur. Bon, je m’arrête là, j’ai encore beaucoup de comparaisons possibles. Telle que, les préliminaires avant l’acte sexuel, juste pour ravir les esprits pervers de certains d’entre vous.

L’Hawaïen s’empare du dossier d’inscription qu’on lui tend avec un sourire alors qu’une jeune femme, à ravir en passant, lui annonce que sa candidature est validée et qu’il est prêt à fouler cette université si prestigieuse. Et ouais, on n’a pas les même cocotiers ici que par chez nous, mais on a tout de même le mérite d’étudier dans une université digne de ce nom. Car qui n’a pas entendu parler de l’UCLA ? L’université de Californie. Je dirai même, une des universités les plus désirées au monde. Qui sait combien de candidatures sont reçues chaque année et combien sont acceptées. Bon, le doyen, mais ironiquement, cela paraît être un chiffre trop énorme pour y penser sérieusement. Aujourd’hui, pour Kai, c’est l’occasion de montrer de quoi il est capable et pourquoi pas d’aller approcher son rêve d’un peu plus près. Management en majeur, sport en mineur, il a la possibilité de se lancer dans le basket-ball à cent pour cent et qui sait … En faire une carrière. Mais avant ça il doit prouver une chose, qu’être un cancre à l’école ne signifie pas forcément être un idiot. Et puis … Qui dit études à Los Angeles, dit jolies filles n’est-ce pas ? Tout ce qu’il faut pour démarrer cette nouvelle vie sur des chapeaux de roue !






Kai Norton
Acte II
History
ACTE II, Scène 1 ♦ Tel frère, telle sœur.
Septembre 2013, à Eastside, Los Angeles.


« T’es qu’un gamin Kai ! » La porte claque en faisant trembler les murs de l’appartement. Le jeune homme sourit toujours de son air enfantin et ravi. Il paraîtrait qu’il a vingt et un ans, et pourtant, il est toujours le même mec à vouloir emmerder sa sœur et prêt pour toutes les conneries possibles. Sa sœur n’a peut-être pas tellement tord en l’appelant de gamin. Il s’allonge sur le canapé, la télécommande dans les mains, prêt à ne pas s’en séparer. Cause initiale de la dispute.

Cela faisait quelques semaines que les deux enfants Norton avaient décidés de prendre un appartement pour eux deux et de vivre en colocation. Être indépendants tout en conservant ce brin familial. Alors ils se partageaient tout ici et pour l’instant tout se passer au mieux. Quoi que … Cela risque de ne pas durer, sûrement en fonction de la patience d’Haleah. Jusqu’à quel niveau tiendra-t-elle pour supporter son frère ? Sa gaminerie ? Ses conneries ? Et ses conquêtes d’un soir … Bon courage. « Kai ! » Oh putain … La porte s’ouvre de nouveau et Haleah sort de sa chambre en furie. « C’est quoi ça ? » Et elle lui jette une capote en pleine gueule. Fermée bien entendu, n’allez pas imaginer le pire roh ! Si elle pensait faire peur, c’est raté. « Tu ne sais pas ce que c’est sœurette ? Tu veux qu’on fasse un cours ? Allez, assis toi, je vais t’expliquer. » Il se redresse pour lui laisser de la place sur le canapé à ses côtés alors qu’il sourit, totalement amusé de la situation. « T’es con ! J’espère pour toi que tu n’as pas osé faire ça dans ma chambre ! » « Hum, qui sait ? » Il hausse les épaules tandis que le visage d’Haleah vire au rouge spontanément. Allez savoir si c’est pour de la colère ou de la gêne. Tout ce que l’on saura c’est qu’elle n’a pas forcément apprécié la réponse et qu’elle repart alors illico presto dans sa chambre en prenant le soin de claquer violemment la porte et de la fermer à double tour par la même occasion. C’est tellement cool de vivre avec sa sœur.

--------------------------------

ACTE II, Scène 2 ♦ La fin d’un rêve
Décembre 2014, Enceinte sportive UCLA.


« Arghhhh ! » Le cri de douleur retenti dans la salle d’entrainement tandis que le joueur de basket-ball s’écroule pour se tordre de douleur sur le parquet du terrain. Se recroquevillant par intermittence. Les traits de son visage tirés au maximum. Une seconde de silence pèse alors sur l’équipe au complet. Une seule seconde avant que la plupart ne se précipite en vitesse vers l’origine du gémissement. Le coach aux côtés du blessé. « Kai, ça va aller, ça va aller je te dis. » Il lui tapote l’épaule gauche comme pour le réconforter avant de jeter un regard plein d’urgence vers son banc et interpeller ainsi l’équipe de soins.

~ Il attrape la balle avant de la passer à son coéquipier. Il avance de deux pas, se place, pivote sur lui-même, se démarque. Puis une fois en place sous le panier, s’élance pour saisir le rebond offensif. C’est à ce moment-là qu’il se réceptionne mal et entend ce craquement dans son os. Il ne retombe pas sur ses pieds comme à l’ordinaire et s’écroule sur le sol de tout son long. Sentant la douleur s’emparer presque immédiatement de son tibia pour résonner jusqu’à sa cuisse. Il cri. Espérant que sortir la douleur par cette partie du corps pourrait l’aider. Mais cela ne réduit en rien la douleur. Au contraire … Ou serait-ce seulement une impression ? Il se tord une nouvelle fois. Ferme les yeux lorsqu’il aperçoit plusieurs têtes autour de lui. Il voit flou. Ses yeux s’embuant. Par la douleur. Par l’humidité qui commence à se glisser dans chaque coin de ses orbites optiques. Il entend des mots sans pouvoir en percer la signification. Il perçoit le mouvement autour de lui. L’inquiétude qui émerge des visages qu’il tente d’apercevoir. Il sent qu’on le soulève. Il devine qu’on le déplace. Mais il ne peut rien dire. Rien faire. Il ne sent que la douleur. Que son corps qui crie. Sa jambe semblant être en morceaux. Le tiraillant. Il s’évanouit alors. Lâchant prise. ~

Le blessé est sur la civière. Emmené par le personnel médical. L’équipe le regarde partir, espérant chacun au fond de lui que cela n’est pas aussi grave qu’il n’y parait et que leur coéquipier pourra revenir le plus rapidement possible sur le terrain. Pour les sélections qui approchent. Pour le championnat qui ne l’attendra pas. Pour son rêve et son ambition.


----------------------------------------------
Quelques jours plus tard, hôpital de Los Angeles.

Il pose le magazine sportif sur le lit lorsqu’il entend quelqu’un entrer dans sa chambre d’hôpital. « Alors comment va notre basketteur aujourd’hui ? » Demande le médecin en voyant le jeune Norton éveillé. « Ça irait mieux sans ce truc-là. » Répond l’homme en montrant le plâtre dans lequel est immobilisée sa jambe. « Encore combien de temps ? » Ajoute-t-il, ce visage désespéré. Il en a déjà marre. Il veut retourner sur le parquet. Il veut sortir d’ici. « Justement, c’est de cela que je voulais vous parler. » Le médecin prend cet air grave. Celui qu’on redoute. Qu’on ne souhaiterait jamais voir. Kai inspire profondément. Il se redresse. Tapote sur son oreiller pour le raffermir et s’enfoncer légèrement pour être confortablement installé. Allez … Annoncez donc la couleur. Une semaine ? Deux ? Trois ? Davantage encore ? Il s’attend à tout. « Monsieur Norton, votre jambe va mettre du temps à récupérer face à votre double fracture au tibia ainsi que la fracture de la cheville. » Et ? Oui, ça on le sait. Kai s’impatiente. Il ne dit rien. Il attend la suite. Il est où le problème ? il va guérir, donc quoi ? « Mais vous n’aurez pas le droit de jouer au niveau de la NBA, vous ne passerez plus jamais la visite médicale après une telle blessure. » La nouvelle fait mal. Il se mord la lèvre inférieure tout en expirant bruyamment. Il vient de passer plusieurs années à peaufiner son objectif. Il a passé les tests de sélection une semaine avant sa blessure. Il a été repéré deux fois lors du championnat universitaire. Alors oui, il a toute ses chances et voilà ce qu’on vient de lui annoncer. La fin du rêve.

--------------------------------

ACTE II, Scène 3 ♦ Meurtrier malgré lui
Octobre 2015, Commissariat de Los Angeles.



« Kai Norton » L’appelé se lève de sa chaise pour se présenter à l’agent de police qui vient de prononcer son nom. Loin d’être rassuré, il expire profondément et sens ce mal être au fond de lui. Il arrive au comptoir, avec cette vitre qui sépare les deux hommes, laissant simplement une ouverture placée judicieusement pour que seule la voix puisse être leur moyen de communication. Pas de contact. Pas de risque. Kai ne parle pas, il n’ose pas prendre la parole. Finalement. Que devrait-il dire ? Pourquoi est-il là ? La raison ? Le déroulement ? S’il s’en souvenait d’une manière assez distincte, cela serait déjà un bon début. Alors commencer à s’amuser à raconter un truc qu’on est pas foutu de se souvenir, ce n’est même pas la peine d’essayer. L’agent de police remet en place quelques papiers devant lui avant de lancer ce regard sans égard vers le jeune homme. « Kai Norton, inculpé dans l’affaire 3 845, suspect pour meurtre. » Sommes-nous obligés d’indiquer cette information avec une voix aussi forte ? Il ne se donne pas la peine d’ajouter quoi que ce soit à cette annonce. Préférant laisser l’agent contrôler la situation. « L’inspecteur vous attend, suivez mon collège sur votre droite. » Il n’y avait même pas fait attention, mais cet homme sur sa droite devait être là depuis le début. Il se détourne de l’agent pour suivre ce fameux collège qui va le mener à l’inspecteur.

Il est assis. Seul. A cette table. Dans cette pièce froide. Une simple convocation qu’ils avaient dits. Pourquoi alors a-t-il cette désagréable impression d’être passé au crible comme un criminel ? Après quelques minutes d’attente, l’inspecteur ouvre la porte pour pénétrer dans la salle. Mais il s’est fait attendre ce monsieur le policier. Il jette alors un dossier sur la table et prend place sur la chaise en face de Kai sans aucuns ménagements. Comme s’il était chez lui et qu’il n’avait qu’à mettre les pieds sous la table pour que quelqu’un vienne lui servir une bière. « Bon, on ne va pas perdre de temps. » Bonne idée. Plus vite il pourra rentrer chez lui et mieux il se portera. « Toutes les poursuites contre vous ont été abandonnées, sans vraiment avoir de raison particulière ni de preuves incontestables. Nous savons juste que vous êtes innocent. » C’est un bon début. Kai tente de rester impassible, mais la surprise doit être visible sur son visage. Tout d’abord car il ne savait absolument pas comment la situation a pu arriver à ce niveau-là. Et encore moins l’origine de cet abandon de poursuites. Même si cela l’arrange bien entendu. Au fond de lui, il se doute bien qu’une femme est derrière tout ça. Une italienne. Qu’avait-elle trafiqué ? Finalement. Il n’a pas envie de le savoir. Il joint les mains sur la table et écoute avec grande attention l’inspecteur qui semble vouloir reprendre la parole. « Sachez Monsieur Norton que le dossier reste ouvert et qu’au moindre écart de votre part, celui-ci ressortira et sachez, de plus, que c’est votre moto qui a été retrouvée sur la scène de crime, fait que vous ne pouvez pas nier. » Bien sûr qu’il le sait. Comment oublier cela ? Il se l’été faite volée. Faute de temps et de certitude. Il n’avait pas déclaré le vol tout de suite. Quelle surprise quand on lui annonça qu’elle venait d’être retrouvée et utilisée pour un meurtre. Alors n’imaginez pas quel fut son étonnement quand tous les doutes se sont tournés vers lui. Le coupable. Comme si, lui, pouvait être un meurtrier. Il acquiesce d’un coup de tête positif. Aucune nécessité de nier. L’inspecteur se redresse. Probablement pour impressionner. « Vous ne vous en sortirez pas aussi facilement. » Kai déglutit. Son casier reste vierge. Les poursuites ne vont pas continuer. Le dossier reste ouvert. Mais il est innocent. Il le sait. C’est le principal. Et sur cette note, l’officier reprend son dossier et sort de la salle sans laisser un regard vers le Norton.

--------------------------------

ACTE II, Scène 4 ♦ L’absence soudaine
Janvier 2015, Los Angeles.  


Il compose le numéro de son père sur son smartphone et le porte à son oreille pour entendre la sonnerie retentir. Une fois. Deux fois. Puis la voix de son père se fait enfin entendre. « Oui ? » « Papa, dis, t’as des nouvelles d’Haleah ? » Il attaque le sujet sans passer par quatre chemins. Les saluts ça va, trop peu pour lui. Il avait une préoccupation aujourd’hui et il n’allait surement pas perdre du temps avec des commodités non nécessaires. « Non, pourquoi tu me demandes ça ? » « Ben ça fait deux semaines que je l’ai pas vu, je suis passé à l’appartement, personne et à l’université pareil. » « T’es sérieux là Kai !? » « Hum … » Répondit-il comme pour affirmer ses dires. Encore une minute de conversation entre hommes pour tenter de trouver une logique à ce silence pour au final ne pas comprendre la raison de cette situation. Kai raccroche alors, la boule au ventre. Pourquoi n’avait-il aucunes nouvelles de sa petite sœur ? Il n’était pas rassuré. Elle qui était si présente au quotidien, voilà qu’elle ne disait plus rien. Le vide spatial. Comme si elle venait de se volatiliser ou qu’une bande d’extraterrestres venait de la kidnapper pour quelques expériences qu’on ne préférerait pas imaginer. L’esprit empli de pensées étranges, le jeune Norton rangea son téléphone pour rejoindre ses camarades dans la salle de classe, se jurant comme à lui-même qu’une fois cette journée de cours terminée, il allait chercher une explication à tout cela.

Quelques jours plus tard, toujours à Los Angeles.
Une lettre. Une putain de lettre. C’est tout ce dont il a le droit. Enervé, Kai jette le bout de papier sur le sol et frappe sur la table de la salle à manger, seule surface assez solide dans les parages. Il n’en revient toujours pas. Elle a osé lui faire ça. A lui. A son propre frère. Qui a toujours été présent pour elle. Elle est partie. Ainsi. Sans donner aucunes nouvelles. Et pourquoi ? Non, pour qui plutôt ? Madame a rencontré quelqu’un. Madame part faire le tour du monde. Avec ce mec. Avec cet inconnu. Avec ce … Quelques insultes que votre imagination peut bien inventer n’est-ce pas. Et le pire. C’est que Madame part se convertir à on ne sait pas quelle religion qu’elle vient probablement d’inventer. Non, le pire finalement. Ce n’est ni le mec. Ni le départ. Ni même la religion. Non, mais non. Le pire. C’est qu’elle est partie, mais sans rien ne dire à personne. Qui oserait se permettre cela ? Madame Norton en l’occurrence ! Kai inspire et expire une fois profondément. Après une minute à s’énerver seul, il se laisse tomber sur le sol. Passe une main sur son visage avant de reprendre la lettre qui gisait sur le sol. Une larme perce au coin de son œil droit et roule le long de ses traits. Il venait d’échouer lamentablement dans son rôle de grand frère. L’année 2015 débute à peine et voilà qu’il perd sa sœur.  





Kai Norton
Acte III
History
ACTE III, Scène 1 ♦ Quand un vide s’installe et que rien ne survit,
Début Mai 2016, Honolulu.


Il est debout. Seul. Face à ce trou dans le sol qui vient à peine d’être refermé. Face à la réalité des choses qu’il ne voulait pas accepter. On entend la terre qui glisse. Les cailloux qui heurtent le bois. On entend tous ces bruits sans vouloir les écouter alors qu’ils résonnent. Tel un écho qui ne s’échappera plus dorénavant, tel le bruit de la faucheuse qui vient de frapper et qui se retire sans un mot. Un son, qui restera intact, ancré, simplement pour pouvoir hanter les mémoires et les souvenirs de ceux qui sont encore là. Les hanter. Toujours davantage. Et toujours plus violemment.

Il est debout. Silencieux. Mais au fond de lui, ses tripes crient à n’en plus pouvoir et son estomac se tord sous les pleures de son cœur qui n’en finit plus. Le désespoir le rempli, le dévore, le démange. Mais son visage reste fermé tandis que le seul effet visuel de l’événement reste la goutte d’eau qui traverse ses traits de part et d’autre, illustrant le mal dans lequel il baigne.

Il est debout. Vivant. Ne pensant pas un seul instant qu’il aurait pu s’en vouloir d’être ici. Encore. Alors que l’autre n’y est plus. Cela fait des heures qu’il est ainsi et qu’il ne bouge pas. Personne n’a osé l’importuner. Personne n’a osé lui parler. Et personne n’osera sans doute jamais. Il pourrait rester ainsi des jours et des semaines jusqu’à ce que la mort vienne le chercher à son tour. C’est peut-être ce qu’il mérite pour avoir failli à son rôle. Cette pensée lui a déjà traversé l’esprit une fois. Mais à quoi bon mourir maintenant ? A rien. A quoi bon rester ? A vivre … Pour honorer sa mémoire. Foutaises. Le seul souhait pour cet homme, est de retrouver cette femme et de la prendre dans ses bras. Lui dire combien elle lui a manqué, combien il s’en veut de ne pas avoir pût être l’homme qu’il aurait dû … Mais plus jamais il ne pourra.

Il est debout. Accompagné. Son père passe un bras protecteur autour de ses épaules et le tire vers lui, pleurant. Ne s’en cachant pas. Sa fierté d’homme pourrait être touchée. Mais pas aujourd’hui. Pas dans ces lieux. Pas pour cet événement. Le fils ne réagit pas. Comme si son esprit était parti plus loin et que seul son corps était encore présent. Les deux Norton ne se regardent pas. Trop frappés par cette journée qui vient de s’achever. Tandis que le soleil derrière eux commence à se retirer, on entend le murmure du plus ancien. « Viens. » Ce sera le seul mot qui résonnera ici. Ce sera la seule indication qu’on lui donnera. Dans un silence de plomb, les deux hommes tournent le dos à l’écriteau et s’en vont … Dans un adieu qui se veut déchirant.

Dans leur sillage, nous verrons apparaître les quelques lettres et les quelques mots qui expliqueront leur malheur.  « Haleah Norton. Décédée. 12 Juin 1992 – Avril 2016 »



--------------------------------


ACTE III, Scène 2 ♦ On tente désespérément de se cacher
Mi Septembre 2016, dans les airs, quelque part entre Honolulu et Los Angeles.


Cinq mois. Voilà le temps qu’il aura fallu à Kai pour réussir à prendre sa décision. A revenir. A monter dans cet avion et à saisir sa chance. Cela faisait maintenant bien trop longtemps qu’il restait enfermé chez ses grands-parents, à se lamenter sur son sort, à n’être qu’un fardeau pour son entourage. Une loque. Un caillou. Un animal blessé qu’on nourrit par simple bonne conscience de ne pas le laisser mourir. Il ne marchait plus. Restant simplement allongé sur son lit des heures entières et ne se déplaçant qu’en cas extrême de nécessité. Il était resté ainsi plusieurs semaines avant de revenir à la raison. Avant de comprendre que cela ne servait à rien. Que cela ne ferait jamais revenir sa sœur, malgré toutes ses prières, malgré tous ses souhaits, rien ni personne ne pourrait la ramener. Aujourd’hui, il en avait pleine conscience et faisait tout son possible pour conserver en mémoire que les moments bénéfiques de sa vie. Avec elle. Il n’en aurait pas de nouveaux. Il avait fini dans cet avion après l’appel de son père. Qui lui avait demandé pour la vingtième fois de le rejoindre. Sans vraiment le vouloir, il avait accepté. Car trop de fois il avait refusé. Et il avait besoin de se relancer.

Le visage tourné vers le hublot, son esprit se remémore. Pas ses cinq mois de souffrance. Pas ses cinq mois à se morfondre. A ne plus être lui-même. Il se remémore tout ce qu’il a laissé ici. Et le constat n’est pas des plus rassurants. Ce mot se répète … Ici. Qu’est ce finalement ? Où habite-t-il ? D’où vient-il ? Où est cet endroit qu’il pourrait appeler son « chez soi » ? Un nuage d’un blanc pur passe près du hublot et Kai détourne le regard un instant afin d’observer les personnes qui l’entoure, assis sur ces fauteuils. Un regard vers l’heure. Il reste encore un long moment avant d’arriver à Los Angeles. Là où il a tout laissé. Là où il a tout abandonné.

Sa petite amie. Son enfant. Enfin, sur ce point, rien n’est plus tellement sûr aux dernières nouvelles. Sa meilleure amie. Sa cousine. Même son année scolaire, il ne l’a pas terminée. Entre sa blessure en Décembre dernier ruinant tous ces désirs ainsi que ses rêves de NBA suivit de près par le décès de sa sœur. L’université ne lui a pas semblée être la meilleure option, alors il est parti. Sans réfléchir. Il a tout abandonné. Aucune considération pour les dégâts qui auraient pu en résulter. Ce n’était probablement pas la meilleure idée. Mais maintenant que cela est fait, il n’a aucun regret. Et il revient. Pour reprendre sa vie là où il l’a laissée. Pour revenir dans une nouvelle version de lui-même. Une meilleure version. Meilleur qu’il n’aura jamais été. La mort de sa sœur lui a permis de toucher une somme d’argent non négligeable, même si, entre nous, il aurait préféré ne rien toucher et conserver sa famille, il n’a pas eu le choix que d’accepter les billets qu’on lui a tendu. Alors il est devenu propriétaire du loft dans lequel il vivait à Santa Monica. Pensant que cela lui serait utile pour avoir son fameux « chez soi » dont il a besoin. Et revenir, meilleur que jamais.


--------------------------------


ACTE III, Scène 3 ♦ Alors, qu’il est bien préférable d’avancer.
De nos jours, Los Angeles.


Sixième année, management. Voilà dans quoi Kai s’investit aujourd’hui. Autrefois en plein cursus sportif, il a préféré ne disposer que d’une option suite à son échec de l’an dernier. Oh cela ne veut pas dire qu’il renonce à ce milieu, non, loin de là. Mais il ne sera pas sur les terrains, à être adulé par les jeunes, à se donner à fond physiquement dans un sport qu’il pratiquerait au quotidien. Plus maintenant. Plus après sa blessure et les risques encourus. Il lui a fallu faire un choix. Se ranger, aider son père dans son restaurant, devenir un admirable serveur (non pas cuisinier, nous connaissons tous ses talents culinaires) et créer alors une affaire familiale … Non, il en avait décidé autrement. Il préféré avoir des projets, tracer son bout de chemin. On lui avait d’abord proposé de rentrer dans l’armée, afin de suivre les pas de son père, mais là encore, il n’arrivait pas à voir le côté personnel de la situation. Ou encore les forces de l’ordre, mais le Norton en lui n’était pas disposé à endosser un uniforme et dire adieu à sa petite barbe. Non, il voulait plus que ça. Il voulait s’élever davantage. Devenir quelqu’un. Faire quelque chose. Créer son avenir par lui-même.

Seul l’avenir nous dira ce qu’adviendra de Kai Norton.




Kai Norton
Acte IV
History
ACTE IV, Scène 1 ♦ La fin de toi et moi
Octobre 2016, Santa Monica, Los Angeles


Il marche. Seul. Dans la pénombre. Combien de temps était-il resté dans la demeure ? Combien de temps lui a-t-il fallu pour réussir à partir ? A tourner la page ? A fermer la porte derrière lui ?  A la laisser avec cette larme qui coulait sur sa joue, sur son visage. Il venait même à se demander comment avait-il réussi pour être ici, dehors, dans cette rue où le calme règne. Etrangement. Comme un reflet de son âme. De son cœur. Il sent la souffrance. Une nouvelle fois. Un déchirement. Pas le même qu’il a ressenti des mois auparavant au décès de sa sœur. Mais un déchirement pour un amour qu’il doit oublier, qu’il se force à mettre sous clé. Comme si cela était interdit. Il en a besoin. Et elle aussi. Il le sait. Leur histoire a été trop dure. Trop compliquée. Ces derniers mois éloignés l’un de l’autre a permis une chose, se rendre compte de la réalité. Que leur idylle n’était qu’un mirage.  Ils ne peuvent plus avancer côte à côte. Plus maintenant qu’ils ont perdu cet enfant, les brisants. Sans vouloir l’admettre.

Kai passe une main sur son visage. Il sent les larmes couler. Il sent ses lèvres se tordent au souvenir de ce qu’il vient de réaliser. Eva. Ce simple nom allait le briser dorénavant. Reclus dans un passé de souffrances. Il doit avancer. Sans elle. Dorénavant. Et c’est dur. Il marche. Ecoute ses pas. La nuit, les bruits s’entendent davantage. Il se fixe dessus en avançant. Doucement. Ne désirant plus rien. Il se remémore tous les moments passés avec elle. Leur rencontre. Leur folie de jeunesse à l’université. Leur rentre dedans au Coachella. Leur aventure au Ryokan. Leur quotidien d’amour dans cette grande villa. Leur voyage à Hawaï. L’annonce de la grossesse. Tout allait bien. Et puis, tout s’est écroulé. Comme un château de cartes qui ne possédait finalement pas de bases assez solides. Une larme coule de nouveau. Il retient un soupir. Il souffre. Il sent son cœur se briser. En plusieurs morceaux. Qui est-il dorénavant ? Il vient de tout perdre. Il vient de dire adieu à la femme de sa vie. Seul. Voilà. Il est seul.


--------------------------------


ACTE IV, Scène 2 ♦ Un nouvel enjeu
Janvier 2017, gymnase de l'UCLA.


Alors c’est ça être coach ? Il sourit. Cours sur le bord du terrain pour rester dans l’action du jeu et donner ses consignes au moment opportun. Sur le banc, l’entraîneur de l’équipe lui fait un signe de temporiser et de revenir au niveau de son banc de joueurs. Chose qu’il fait sans chercher à comprendre. Le coach, on l’écoute toujours. C’est le leader. En personne. « On change. 3 et 4 sur le terrain, on fait la stratégie 10 à la première occasion. » Il tape sur le dos de deux de ces anciens coéquipiers en leur donnant du courage. Il était passé il y a peu de l’autre côté. Du côté de l’encadrement plutôt que du jeu. Depuis sa blessure, Kai a dit adieu à la compétition, les entraînements diminuant grandement pour faire naître en lui le sentiment d’avoir raté quelque chose. Il avait vu l’occasion parfaite de rester près du terrain avec cette proposition. Assistant coach de l’équipe. Parfait. Il ne pouvait pas rêver mieux. Il allié le management et le basket ball. Deux notions importantes pour lui. Comme si un deuxième rêve venait de naître en lui pour remplacer l’échec du premier. Alors il s’investit au maximum pour prouver qu’il mérite amplement ce poste et sa place dans l’équipe. Le match arrive à la fin, le minuteur résonne et les joueurs sortent du terrain en tapant sur l’épaule de Kai. « Bien joué coach ! » « C’était chaud ! » Le regard sur l’afficheur. La victoire. Il venait de réussir parfaitement le premier match de sa « carrière ». Un sentiment de fierté prit place dans son poitrine. Il venait réellement de réussir quelque chose. Le regard complice de son supérieur qui lui avait laissé la main pour le match lui certifia une chose, il avait réussi.

« Alors comme ça Monsieur le basketteur est coach ! » « Ben ouais mec, attends la classe ou pas ? » Kai jette un pop corn sur le visage de son meilleur ami. Il venait de lui annoncer la nouvelle alors qu’ils se rendaient à une séance de cinéma. « Ben merde alors, vous êtes pas prêts de gagner. » Kai rigole. Il n’en attendait pas moins de son meilleur pote. Et ne répondit pas. Le sourire sur la tronche. Trop heureux de sa situation et de voir que finalement, malgré tout, il avait encore une chance de réussir dans sa vie. « Non, bravo mec, tu le mérites. » Il finit par avoir une reconnaissance et ne put que le remercier silencieusement. Un nouveau projet professionnel s’offrait à lui. Une alternative à son échec. A sa blessure. Un nouveau tracé dans sa vie ;


________________





Dernière édition par Kai Norton le Dim 26 Fév - 22:10, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1641-santiago-money-makes
Date d'inscription : 27/08/2016
Messages : 479
Pseudo : Chucky / EsterC
Avatar : Alexis Ren
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)

Sujet: Re: KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !    Dim 26 Fév - 14:00

Muhahahaha.
Allez, au boulot !

________________

   
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1334-sacha-i-m-bulletproo http://perfectdisorder.forumactif.org/t1363-sacha-lets-be-clear-i-ll-trust-no-one http://perfectdisorder.forumactif.org/t527-sacha-lewis-213-482-8615
Date d'inscription : 14/07/2016
Messages : 1533
Pseudo : Tik Tok
Avatar : Rosie Huntington-Whiteley
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : C'est compliqué

Sujet: Re: KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !    Dim 26 Fév - 14:06

Ah merde, t'es toujours là toi. :roll:

________________

nath & sachaWe don't need anything or anyone. I don't quite know how to say how I feel. Those three words are said too much they're not enough (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1341-brynn-purple-life http://perfectdisorder.forumactif.org/t1348-brynn-hello-baby http://perfectdisorder.forumactif.org/t437-g-brynn-rhodes-213-080-1160#5056 http://perfectdisorder.forumactif.org/t732-g-brynn-rhodes-celestamania#12276
Date d'inscription : 29/08/2016
Messages : 229
Pseudo : Nive
Avatar : Margot Robbie
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Re: KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !    Dim 26 Fév - 16:13

Heyy Bon courage pour ta nouvelle fiche

________________

here, you won’t suspect a thing, you won’t see me in the mirror but I crept into your heart, you can’t make me disappear, til I make you. I made myself at home, in the cobwebs and the lies, i’m learning all your tricks.
G. BRYNN RHODES

Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1335-kai-nom-d-un-anti-vi http://perfectdisorder.forumactif.org/t1336-kai-norton-on-roule-notre-bosse-ensemble#26900 http://perfectdisorder.forumactif.org/t285-kai-norton-213-482-6262#2004 http://perfectdisorder.forumactif.org/t286-kai-norton-kenor#2015
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 1503
Pseudo : Nana / Ananas
Avatar : Adam Senn
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Re: KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !    Dim 26 Fév - 17:27

@Eva Milano La première, encore, un signe ?

@Sacha Lewis Et oui, toujours, dommage pour toi

@G. Brynn Rhodes Merci

________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1641-santiago-money-makes
Date d'inscription : 27/08/2016
Messages : 479
Pseudo : Chucky / EsterC
Avatar : Alexis Ren
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)

Sujet: Re: KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !    Dim 26 Fév - 22:42

Welcome to los angeles
don't worry baby
admin référent : Eva Milano :siffle:  
My thoughts Ta fiche est farpaite ! Franchement rien à redire, en plus, j'apparais dedans plusieurs fois, un tel honneur Je te valide mon poulet !
Welcome ! La validation de ta fiche marque officiellement ton entrée dans la famille LAPDienne. Toutes nos félicitations ! Nous sommes certains que tu passeras un excellent séjour parmi nous et que tu trouveras rapidement ta place au sein de notre communauté. Pour t'aider, voici une petite liste de liens utiles qui devrait te permettre de trouver tous les sujets importants pour bien commencer ton aventure.

   Premiers pas sur le forum Avant tout, il est important de se familiariser avec les détails techniques du forum. Si tu ne l'as pas encore fait, n'hésite pas à lire les différentes annexes qui te permettront de mieux situer ton personnage dans l'univers du forum.

   - Questions / Suggestions
   - Les sujets à ne pas manquer
   - Annexes
   - Devenir un tueur
   - Gestion des points
   - Comprendre les taux de suspicion
   - Suivi des intrigues

   Se tisser des liens Il est temps de passer à l'étape suivante: celle de l'intégration. Nous savons ô combien il peut être effrayant et difficile de trouver sa place sur un nouveau forum, ce qui explique pourquoi nous tenons impérativement à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que tu sauras trouver ta place au sein de notre famille. Chaque membre compte à nos yeux, car vous apportez tous quelque chose d'unique au forum. De nombreux systèmes sont en place pour faciliter ton intégration et il est évident que tu peux contacter un administrateur en cas de besoin. Nous te souhaitons bonne chance, bien que nous sommes persuadés que tout se passera bien pour toi: n'aie pas peur, nos membres sont tout sauf méchants ! Un système d'admin référent existe également sur le forum pour t'aider au mieux dans ton aventure.

   - Admin référent
   - Fiches de liens
   - Demandes de RP

   Autres liens utiles Sont regroupés ici d'autres sujets qui pourraient t'être utiles durant ton séjour parmi nous. Si les pré-liens coûtent des points, nous aimerions t'offrir ton premier pré-lien gratuitement afin de te remercier d'avoir choisi de t'inscrire sur LAPD. N'hésite pas à découvrir les autres sujets que nous avons soigneusement préparé pour nous assurer que ton expérience parmi nous resterait inoubliable.

   - Créer un pré-lien
   - Créer un scénario
   - Réseaux sociaux
   - Carte de Los Angeles
   - Commande d'avatars

   Et voilà, ce sera tout pour aujourd'hui ! Ne t'inquiète pas pour ton avatar, nous le recenserons automatiquement pour toi, pense cependant à vérifier que tu n'as pas été oublié après validation, sait-on jamais. Si jamais tu cherches quelque chose qui n'a pas été mis en avant dans ce sujet, n'hésite pas à contacter un membre de l'équipe administrative : nous nous ferons toujours un plaisir de te répondre dans les plus brefs délais.

   Sur ce, nous te souhaitons un excellent séjour parmi nous, enrichi par des sujets passionnants et des rencontres inoubliables,

   Affectueusement,
   Le staff
   

________________

   
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

and all the devils are here

50%
Voir le profil de l'utilisateur http://perfectdisorder.forumactif.org/t1372-alice-money-makes-he http://perfectdisorder.forumactif.org/t273-alice-good-when-we-re-together http://perfectdisorder.forumactif.org/t279-alice-213-547-0024 http://perfectdisorder.forumactif.org/t671-alice-collins-alicemalice http://perfectdisorder.forumactif.org/t282-alice-collins-alicemalice#1933
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 482
Pseudo : elea. // eugénie
Avatar : emily didonato
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire

Sujet: Re: KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !    Dim 26 Fév - 23:16

Comment il se la pète sur ses photos, lui...

Heureusement que t'as une belle moto (et un beau loft)

________________


Avec une insupportable vanité, elle s'était imaginé pouvoir sonder le cœur de tout le monde. Les événements avaient montré qu'elle s'était complètement trompée.⠀⠀⠀⠀⠀Austen




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
and all the devils are here



Sujet: Re: KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !    

Revenir en haut Aller en bas
 

KAI ▶ Nom d'un anti virus mal paramétré !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Norman anti virus,(offre gratuite)
» Anti-Virus gratuit pour utilisation personnelle
» Anti-virus
» ANTIVIRUS .....Lequel choisir ???
» Comment désinstaller Norton sur Vista ou XP


They call it
the city of angels
but all the devils are here

LOS ANGELES ◈ PERFECT DISORDER :: Autour du jeu :: Fiches de présentation :: Validées